Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Articles avec #psychedelique catégorie

TAKE ME TO THE OTHER SIDE/ Spacemen 3

Publié le 13 Août 2017 par bigwhy dans rock, shoegaze, psychedelique, 1987

(1987)

commentaires

BIGWHY PLAYLIST/ Garage & 60'S

Publié le 27 Juin 2017 par bigwhy dans 60's, garage, psychedelique

BIGWHY PLAYLIST/ Garage & 60'S

L'age d'or de la pop music! et la nostalgie qui s'y rattache. Une source inépuisable de bon son, sans cesse renouvelée, car tant que des kids se réuniront dans le garage de leurs parents pour faire de la musique, cette musique existera! Nuggets from the past, the present & the future......

bigwhy-cultural-finest.over-blog.com

  • Spindrift  Space vixens

  • The Allah Las Tell me (what's on your mind)

  • The Amboy Dukes Journey to the center of your mind

  • Vibravoid Alphawave

  • Screaming Lord Sutch Smoke and Fire

  • The Seeds Nobody Spoil My Fun

  • 13th Floor Elevators You're Gonna Miss Me

  • Rudi Protrudi Funnel of love

  • Count Five Psychotic reaction

  • The Fuzztones Hallucination Generation

  • The Fleshtones The Girl From Baltimore

  • Eric Burdon and The Animals When I Was Young

  • The Balloon Farm A Question of Temperature

  • Paul Revere and the Raiders (I'm Not Your) Steppin' Stone

  • The Lime Spiders Slave Girl

  • Les Baxter Wheels

  • The Box Tops The Letter

  • The Electric Prunes I Had Too Much To Dream Last Night

  • Cuby & The Blizzards Your Body Not Your Soul

  • Fire Father`s Name Is Dad

  • Bobby Fuller Four I fought the law

  • The Stems Under Your Mushroom

  • The Chesterfield Kings Time Will Tell

  • The Cynics Baby What's Wrong

  • Bill Mullins Goodbye Candy Cane

  • Ramones Journey to the center of your mind

  • Fenwyck Mindrocker

  • The Moody Blues Nights In White Satin

  • Nazz Open My Eyes

  • The Easybeats Friday On My Mind

  • Johnny Kidd and the Pirates Shakin All Over*

  • The Third Bardo I'm Five Years Ahead Of My Time

  • Status Quo Pictures of matchstick men

  • The Fuzztones Strychnine

  • The Mourning Reign Get Out of My Life Woman

  • Count Five Mailman

  • The Lyres How Do You Know

  • Stiv Bators It's cold outside

 

BIGWHY PLAYLIST/ Garage & 60'S
commentaires

SPACE VIXENS/ Spindrift

Publié le 27 Juin 2017 par bigwhy dans rock, psychedelique, western, 2010

(2010)

commentaires

Film Culte: EASY RIDER de Dennis Hooper (1969)

Publié le 25 Juin 2017 par bigwhy dans film, culte, Bande annonce, bande originale, 60's, psychedelique, rock, livre

Film Culte: EASY RIDER de Dennis Hooper (1969)

Forcément avec le post précédent, vous saviez que vous y auriez droit! Ce film génial, ode à la liberté (de pensée aussi!) est un bras d'honneur à tous les beaufs de tous les pays & de toutes les époques. Il est d'ailleurs paradoxal que aujourd'hui, les beaufs roulent en Harley (pas tous je sais!) c'est tellement "fashion" je crois que meme si ils voyaient 100 fois le film, ils n'en saisiraient jamais la philosophie!

Réalisé par Dennis Hooper, le bad bad boy de l'époque qui n'a parait-il jamais connu un instant de sobriété (deux litres de rhum + une trentaine de bières + trois grammes de coke / jour). Il semble avoir tout vécu et surtout la grande histoire, celle des turbulentes et fabuleuses décennies 50-70 – il a notamment côtoyé Elvis, Warhol, Ginsberg, les Stones, Dylan, Manson… C’est simple, s’il fallait illustrer la grandeur et la décadence de cette période-phare du XXème siècle à travers un cas particulier, Dennis Hopper serait assurément le cobaye le plus approprié, lui qui incarne presque à lui tout seul la contre-culture des sixties.

Ne pas oublier la fabuleuse Bande Originale, avec entre autre, Steppenwolf, The Byrds, Jimi Hendrix, The Electric Prunes....

Don't Bogart that joint my friend, roll another one!

Film Culte: EASY RIDER de Dennis Hooper (1969)Film Culte: EASY RIDER de Dennis Hooper (1969)
Film Culte: EASY RIDER de Dennis Hooper (1969)
commentaires

TELL ME (WHAT S ON YOUR MIND)/ The Allah La's

Publié le 9 Juin 2017 par bigwhy dans 60's, garage, psychedelique, 2012

commentaires

One track a day: CALL THE DOCTOR by Spacemen 3

Publié le 14 Avril 2017 par bigwhy dans musique, video, shoegaze, psychedelique, UK, facebook, 80's

One track a day: CALL THE DOCTOR by Spacemen 3

Défrichant les paysages sonores entre psychédélisme et rock hynotique, Spacemen 3 est avant tout le projet de deux hommes: Jason Pierce et Sonic Boom; tous deux chanteurs et guitaristes.
La rivalité entre les deux Anglais aura raison du groupe qui splittera en 1991.

Spacemen 3 est un groupe anglais, formé en 1982 à Rugby et séparé en 1991. Ses leaders ? Jason Pierce (aka J. Spaceman) et Peter Kember (aka Sonic Boom). Durant ce temps, Spacemen 3 aura fait paraître 4 opus : Sound of Confusion (1986), The Perfect Prescription (1987), Playing With Fire (1989) et Recurring (1991). Et puis, après la séparation du groupe, ses membres continueront à marquer l'histoire de la musique anglaise. Il n'y a qu'à voir : Spiritualized, Spectrum et j'en passe, autant de groupe qui naîtront de l'éclatement des Spacemen 3. Mais rembobinons un peu. Cet article est celui de The Perfect Prescription (1987), à mon sens le meilleur des Spacemen. Originalement paru sur Glass Records, il sera réédité de nombreuses fois sur Fire Records (dont la dernière en 2013) et Genius Records (la version 1995 est probablement celle où le mastering est le meilleur).
 
The Perfect Prescription est le fruit de 8 mois d'enregistrement aux VHF Studios. Remanié à maintes reprises, il sera finalement choisi de ne pas donner trop d'overdubs aux guitares afin que le son soit reproductible en live. En cela, The Perfect Prescription est moins shoegaze que les autres opus de Spacemen 3 qui auront marqué une véritable évolution du genre. The Perfect Prescription maintien pourtant de nombreux codes de ce style musical, avec ses longs set psychédéliques, ses guitares criantes et ses voix exploitées comme des instruments. C'est ce qui fait de The Perfect Prescription un album particulièrement génial : son ambiguïté dans la création qui donne lieu à des morceaux très difficiles à s'approprier. Et puis, Spacemen 3 était un groupe qui avait le sens de l'histoire. Ses deux membres fondateurs n'avaient de cesse de travailler leur musique dans l'optique de créer/faire rennaître du mouvement. On trouve donc de l'Acid Rock, du Proto Punk, du Shoegaze, de la Brit Pop... 
 
Le son des Spacemen 3 se caractérise surtout par une batterie volontairement très primaire qui vient de confronter à des guitares super noisy. Mais The Perfect Prescription ne joue pas dans le même registre. C'est album est le pendant du Stoned & Dethroned (1994) de The Jesus and the Mary Chain. Une guitare acoustique occupe tout la place et l'on semble trouver un groupe plus apaisé que sur son premier album, Sound of Confusion.
 
L'histoire de Spacemen 3 est aussi faite de nombreux singles et de reprises absolument fabuleuses, comme celle de Suicide ("Che") ou de Mudhoney ("When Tomorrow Hits"). Je ne saurai trop vous encourager à fouiller dans la discographie du groupe, on y trouve tellement d'éclats de génie. Un dernier exemple ? "Things'll Never Be The Same". Lancez cette musique une fois la nuit tombée, confortablement assis dans un canapé. Votre cerveau s'en retournera, le monde de Dorian Gray sera alors le vôtre et tout ce qui a fait la puissance des folles soirées '80 rennaîtra alors subitement. Spacemen 3, c'est l'un des plus grands groupes psychédéliques anglais de tous les temps. Aujourd'hui grand oublié de la scène, demain légende parmi toutes.
One track a day: CALL THE DOCTOR by Spacemen 3
One track a day: CALL THE DOCTOR by Spacemen 3
commentaires

One track a day: ALPHAWAVE by Vibravoid

Publié le 11 Avril 2017 par bigwhy dans musique, video, psychedelique, garage, allemagne, facebook

One track a day: ALPHAWAVE by Vibravoid

Une découverte & une claque Absolue, totalement Psyché mais avec une petite touche Shoegaze....Carrément grandiose!

Vibravoid, c’est un groupe allemand né au début des années 2000, à l’initiative de son frontman Christian Koch. Vibravoid c’est aussi déjà presque vingt albums au compteur (dont neuf ces trois dernières années…), et une pelletée de singles, EP, etc… La production de ce groupe est juste dantesque. Musicalement, Vibravoid c’est un peu une fenêtre dans le temps, un combo qui évolue dans un genre sans âge, et qui s’y cantonne avec bonheur depus les débuts de sa carrière. C’est remarquable et honorable en soi. Après, comme on dit, « faut aimer »…

Parce que oui, Vibravoid c’est quand même un sacré choc musical. Le groupe pratique un rock psychédélique absolu : leur appréciation du genre est si totale, qu’ils ont pris le relais direct (avec quelques décennies mises entre parenthèses) des Pink Floyd (époque Barrett), Cream, Hawkwind, Tangerine Dream ou Amon Düül, en développant leur propre approche, complètement intègre, du genre. Le décalage temporel est vibrant, et il suffit d’écouter les deux ou trois premiers titres pour l’assimiler complètement : instrumentalement, le clavier prend presque toute la place. Un orgue « old school », au son presque constant sur tout le disque, proche du Mellotron, comme un son de Hammond chargé d’écho, une composante aiguë et spacy qui surnage sur tout le disque. La guitare est bien là, mais rarement dans une posture offensive, tout comme les autres instruments.

One track a day: ALPHAWAVE by Vibravoid
One track a day: ALPHAWAVE by Vibravoid
commentaires

One track a day: NOBODY SPOIL MY FUN by The Seeds

Publié le 22 Mars 2017 par bigwhy dans musique, video, 60's, garage, psychedelique, USA, internet

One track a day: NOBODY SPOIL MY FUN by The Seeds

La, les gars, vous touchez la quintessence du garage psychédélique des 60's! La musique est brute et Sky Saxon le chanteur semble souvent au bord de la crise d'épilepsie, The Seeds ont une apparence débraillée et sale, un rythme méchant, et des textes menaçants qui font souvent référence au sexe & à la drogue. Une musique sauvage et des paroles contre la pression sociale ou sentimentale, au choix, reflètent bien leur époque. Leur formule c'est: des guitares fuzz et un piano electrique accompagnés d'un chant bien dérangé.

En 1969, Sky Saxon découvre Dieu et devient un fidèle du culte YA HO WA 13, adorateur de la nature et dont l'essence du dogme réside dans l’anagramme GOD/DOG? En Lien son site...

Non! personne, je dis bien personne, j'ai bien dit personne ne gachera mon plaisir!

One track a day: NOBODY SPOIL MY FUN by The Seeds
commentaires

Focus sur une Artiste: Shae DeTar

Publié le 9 Mars 2017 par bigwhy dans art, photographie, psychedelique, USA, internet, facebook

Focus sur une Artiste: Shae DeTar

Très sensuels & complètement psychedeliques, voici les photos "comme dans un rêve" de Shae DeTar.

Cette ancienne mannequin a créé son propre style dans les années 90 alors qu’adolescente elle recouvrait ses photos de peinture. Aujourd’hui adulte, elle s’est construit un univers à la limite du surréalisme où la femme se dresse nue dans la nature, noble et sensuelle.

Pour créer de telles photographies, Shae DeTar explique que ses clichés sont pris sur film couleur, développés, scannés et imprimés. Elle applique ensuite les couleurs à la main à l’aide de peinture acrylique, de gouache, d’encre ou encore de charbon de bois. Une fois les couleurs rajoutées, elle scanne une deuxième fois les photos avant l’impression finale.

Il en résulte des clichés aux couleurs irréelles, un monde où des femmes d’une étrange beauté errent parmi des arbres bleus et des montagnes roses. 

Des corps extatiques ou dans un état de quasi-sommeil peuplent le monde un peu halluciné de Shae DeTar. L’artiste américaine place effectivement les héroïnes de ses travaux dans des paysages complètement désertiques, sablonneux, marécageux ou forestiers. Et, quand ces nymphes ne sont pas éveillées, elles ferment les yeux et semblent rêver.

L’artiste a grandi entre New York et la Pennsylvanie, mais vit actuellement au cœur de la Big Apple. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas le LSD qui donne un tel effet aux œuvres de la photographe, qui aime utiliser toutes sortes de filtres colorés qui pulsent dans ses clichés. Ainsi, ce sont les médiums de la peinture et de la photographie qu’elle s’amuse à allier dans son travail, donnant à ses images des impressions de saturation colorée. De fait, elle ne se gêne donc pas pour accentuer à l’extrême certains tons, apportant alors à ses œuvres une touche de fantastique. On t’emmène au pays de merveilles de Shae DeTar.

Focus sur une Artiste: Shae DeTar
Focus sur une Artiste: Shae DeTar
Focus sur une Artiste: Shae DeTar
Focus sur une Artiste: Shae DeTar
commentaires

One track a day: SILLY SALLY by Sweet Smoke

Publié le 30 Janvier 2017 par bigwhy dans musique, video, 70's, planant, psychedelique, USA

One track a day: SILLY SALLY by Sweet Smoke

Je sais! attaquer une semaine par ça c'est un peu dur! mais c'est pour resister à la pression de babylone man! attention le morceau dure tout de meme 16 minutes 30! coolitude totale brother!

Silly Sally, est surtout connu pour le long (plus de cinq minutes) solo de batterie avec effet helicoptère (vietnam??) la légende voudrait que ce soit une erreur de synchronisation des pistes stéréos qui produise cet effet: le "flanger" était né!

Sweet Smoke est groupe originaire de Brooklyn, formé en 1967, et qui s'établit deux ans plus tard en Allemagne afin de vivre en communauté. Sweet Smoke est un pur produit de la culture hippie et ce "just a poke" est un des sommets musical de ce mouvement.

Ce premier album sorti en 1970 n'est composé que de deux longues plages de 16 minutes chacunes, composées à partir de longs jams improvisés, ce dont le groupe était coutumier en live. Malgré la durée des morceaux, Sweet Smoke ne tombe pas dans les travers de certains groupes de rock progressif de l'époque, évitant les longueurs et n'étant à aucun moment ennuyeux. "Baby Night", qui truste la face A, est une parfaite synthese de rock 70's, de jazz et de funk. Le morceau commence en douceur avec une superbe mélodie portée par une voix des plus chaudes, accompagnée par une flûte enchanteresse. Le tempo s'emballe ensuite dans un délire jazzy rock irrésistible avant de s'approprier le "soft parade" des Doors dans une version des plus étonnantes.

On change de face et un saxophone au groove frénétique et psychédélique ouvre "silly sally". Les guitares partent ensuite dans des dérives kaléidoscopiques avant un court solo de basse magistral annonciateur d'un long solo de batterie dantesque. Agrémenté d'effets stéréos et de flanger, il donne l'impression d'entendre un hélicoptère au dessus de nos têtes. Ce passage, qui n'est pas sans rappeler "in-a-gadda-da-vida" de Iron Butterfly, est à tout pris à savourer au casque et est un des temps forts de cet album.

La pochette décrit bien la teneur de ce disque : un dessin aux couleurs psychés où un personnage tire sur un joint aux motifs du drapeau américain. En bref, l'écoute de "just a poke" emmène très haut dans les nuages et est un petit bonheur de poésie musicale.

Si jusqu'à présent, vous pensiez qu'un morceau long est forcément ennuyeux, ce "just a poke" groovy en diable et psychédélique va vite vous faire changer d'avis !

One track a day: SILLY SALLY by Sweet Smoke
commentaires
1 2 3 4 5 6 > >>