Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Articles avec #label catégorie

One track a day: HOOLIGAN CHANGE YOUR STYLE by John Holt

Publié le 25 Janvier 2017 par bigwhy dans musique, video, reggae, label, internet, jamaique

One track a day: HOOLIGAN CHANGE YOUR STYLE by John Holt

Ce riddim de 1969, concocté dans la marmite Studio One (Coxsone RIP), connut plusieurs identités sous des formats divers, comme l'original “Change your style” et ensuite évidemment, la version vocale, sous-titrée “don't fight yours brothers”, de 1972, par John Holt (l'ex-leader des Paragons), l'interprète d' “Ali Baba”.

Car le propos de départ ne consistait certainement pas à vanter l'attitude de ces impertinents bad boys. Le Hooligan de l'époque c'est une racaille, autrement dit le fouteur de merde, qui casse l'ambiance et ruine la fête.

En lien je vous met le site de "Soul Jazz Records" qui réédite avec passion, les tresors de Studio One.

 

commentaires

One track a day: TRAVELLIN MAN by The Bombist

Publié le 17 Janvier 2017 par bigwhy dans musique, video, hip hop, reggae, remix, label, france, internet, facebook

One track a day: TRAVELLIN MAN by The Bombist

The Bombist aka Bost & Bim sont un duo de producteurs français, spécialisés dans les remix & riddims. Ils nous proposent ici, un version du tube de Mos Def, bien supérieure à l'originale!

Depuis maintenant 15 ans, les deux frenchies Bost et Bim (Matthieu Bost, saxophone & Jérémie Dessus, guitare) ont réussi a se faire reconnaitre et respecter internationalement dans le milieu très compétitif du reggae pour leur travail d'une grande qualité. Ils composent et produisent des centaines de morceaux pour des artistes tels que Sizzla, Morgan Heritage, Capleton, Chronixx, Gentleman, Alborosie...
 Leur reggae aux sonorités très live mélangent allègrement les machines et l'organique, le roots, le digital, le dancehall, le hip-hop et la soul. Sons sophistiqués ou minimalistes, ils peuvent expérimenter de nouveaux terrains musicaux comme rendre hommage aux styles fondateurs qui les ont inspirés.
Depuis 2005, ils se sont fait connaitre d'un public encore plus large grâce à leurs fameux remixes: 3 mixtapes appelés "Yankees a yard" devenues cultes ainsi qu'une bonne cinquantaine de vinyles présentant leur style unique qui consiste a donner une nouvelle vie à des chansons hip-hop, soul et pop en les transformant en des tracks reggae groovy.

 

 
 
One track a day: TRAVELLIN MAN by The Bombist
One track a day: TRAVELLIN MAN by The Bombist
commentaires

Bootleg: GROOVE IS IN JAH HEART by DJ Shepdog

Publié le 29 Novembre 2016 par bigwhy dans musique, video, cover, mash up, groove, reggae, UK, label, internet, facebook, rousse

Bootleg: GROOVE IS IN JAH HEART by DJ Shepdog

Hier je vous parlais, rapidement de la chanteuse rousse de DEEE LITE: Miss Kier, qui avait pompé son look kitch sur la Kate des B 52'S, et bien voila le retour du baton! DJ Shepdog l'un des boss de l'excellent label anglais: NICE UP RECORDS, spécialisé dans le Mash Up reggae/ hip hop, pille à son tour la belle rousse, pour nous sortir une version démente du tube (unique?) Groove is in the heart. 

La vie est un eternel recommencement, la musique peut etre recyclée ad vitam!

Bootleg: GROOVE IS IN JAH HEART by DJ Shepdog
Bootleg: GROOVE IS IN JAH HEART by DJ Shepdog
commentaires

One track a day: PLAY THAT FUNKY REGGAE by Magic Fly

Publié le 28 Octobre 2016 par bigwhy dans musique, video, reggae, dub, electro, UK, label

One track a day: PLAY THAT FUNKY REGGAE by Magic Fly
Remixé par le roi du bootleg: J Star, magic Fly nous joue son reggae funky sur une boite à rythmes sovietique? Retrofuturistic!
 
The Magic Fly Alias ​​Rob Watson doit son nom à une chanson futuriste de 1977 par groupe français 'Space'.
Avec un intérêt certain pour les synthétiseurs et la musique électronique à un âge précoce, Rob a combiné son amour des bleeps et sa passion pour la Jamaïque & le Reggae pour créer le son Magic Fly. Ce son comprend la précision clinique et la beauté de Kraftwerk et se marie avec les skanks géniaux & infectieux ainsi que la folie de l'espace des productions de Lee Scratch Perry.
Il vit actuellement à Worthing sur la côte sud de l'Angleterre.
 
Pas de lien mais l'adresse du très bon label US funky groove: Bastard Jazz.
 
One track a day: PLAY THAT FUNKY REGGAE by Magic Fly
commentaires

One track a day: MOTOR BASS GET PHUNKED UP by La Funk Mob

Publié le 28 Septembre 2016 par bigwhy dans musique, video, electro, groove, france, label, internet, 90's

One track a day: MOTOR BASS GET PHUNKED UP by La Funk Mob

Frenchy but chic!

C'est un peu ce qu'on dû se dire les gars qui ont décidé d'acheter ce maxi. La Funk Mob, ce sont les anciens producteurs de Solaar, MC Solaar. Philippe Cerboneschi (« Zdar ») et Hubert Blanc-Francard (« Boom Bass »). Sous ses différentes incarnations le duo est assimilé au mouvement « French Touch » de musique électronique dans la seconde moitié des années 1990 (Desormais nommé Cassius)

Hubert Blanc-Francard est le fils du producteur parisien Dominique Blanc-Francard, son frère cadet Mathieu s'est rendu célèbre sous le pseudonyme de Sinclair. Zdar était assistant aux studios +XXX (Plus30) lorsqu'il rencontra Hubert en 1988. Ils ont participé aux quatre premiers albums de MC Solaar: Qui sème le vent récolte le tempo, Prose Combat, Paradisiaque et Mc Solaar.

Étant tous les deux fans de hip-hop, ils proposent des musiques au chanteur et se retrouvent à participer à la production et à la composition de certains morceaux sous le nom de La Funk Mob. C'est grâce à leur participation à ce disque, que James Lavelle du label Mo'Wax les repère (il a adoré l'album) et leur demande des instrumentaux « hip-hop Bizaroïde ». C'est donc sous le nom de La Funk Mob que le duo réalisa les EP Les tribulations extra-sensorielles et Breaking Boundaries, Messing Up Heads, édités par le label britannique Mo' Wax en 1994, avant de remixer des morceaux pour entre autres Depeche Mode ou Björk

One track a day: MOTOR BASS GET PHUNKED UP by La Funk Mob
One track a day: MOTOR BASS GET PHUNKED UP by La Funk Mob
commentaires

Mash Up: SUPACAT POLICE by Mooqee

Publié le 10 Août 2016 par bigwhy dans musique, video, mashup, groove, hip hop, breakbeat, UK, label, internet, facebook

Mash Up: SUPACAT POLICE by Mooqee

Envie de faire la fete? Commencez votre soirée, par cette bombe breakbeat qui revisite façon survitaminé le classique hip hop "sounf of da police" de KRS One, vous avez l'assurance de mettre le feu d'entrée & de faire l'admiration de vos amis!

Mooqee est un dj producteur de Leeds (uk) spécialisé dans le Breakbeat (mais pas que!) il est la tete pensante de l'excellent label : Bomb Strikes (lien ci-joint). Que ce soit solo, ou bien ses collaborations (pimpsoul, beat vandals..) ou les autres artistes du label (a skillz) c'est quasiment toujours de la grosse baballe!

C'est d'la bombe bébé, ça se reconnait au Db!!

Let's Break & have a party!

Mash Up: SUPACAT POLICE by Mooqee
Mash Up: SUPACAT POLICE by Mooqee
commentaires

One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt

Publié le 28 Juin 2016 par bigwhy dans musique, video, dub, digital, electro, allemagne, label, internet, facebook

One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt

Ne venant pas du reggae à la base mais de la scène électro, Jan Gleichmar (aka Disrupt) baigne à ses débuts dans la techno minimale, celle de Detroit, et écoute également beaucoup de labels tels que Basic Channel, Mille Plateaux ou Force Inc. C’est dans un magasin de musique électronique réputé où il travaille, qu’il découvre le label Rhythm & Sound et aussi l’intégralité du catalogue Wackies (dont il s’inspirera régulièrement par la suite) par le biais des rééditions du label Basic Channel. A la fois fasciné par la construction rythmique et la puissance du dub, il tombe littéralement sous le charme et s’oriente, au début des années 2000, vers la scène reggae/dub digital. A l’époque, il ne dispose évidemment pas de studio, et il fabrique ses riddims avec les moyens du bord, essentiellement des ordinateurs de la « grande époque » comme le Commodore 64, l’Amiga 500 ou encore l’Atari ST dont le nom de son futur label s’inspirera. (Jahtari)

Premier album de Disrupt, l’EP Fistful Of Dub (référence évidente au film A Fistful Of Dollars de Sergio Leone, 1964), distribué sur le netlabel Phonocake en mai 2004, contient une sélection de ses premières productions dub digital. Gateless Barrier ouvre le bal avec sa ligne de basse planante, suivi par Dont Talk – Shoot, un dub bien roots qui s’ouvre sur la mélodie bien connue d’un autre classique de Sergio Leone sorti en 1966, à savoir The Good, The Bad And The Ugly. Le morceau Argumentest une refonte du terrible morceau du même nom de Jah Batta paru sur le label new-yorkais Wackies. Holy Mount Zion revisite quant à lui le légendaire Drum Song riddim. Cet album connaissant un petit succès, Jan Gleichmar décide d’aller plus loin et fonde, en novembre 2004, son propre label qu’il décide d’appeler Jahtari. Ce nom est tout simplement la contraction de Jah et d’Atari, le label Jahtari possédant un son particulier, à mi-chemin entre les sonorités 8-bit et le reggae/dub digital.

One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt
One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt
commentaires

Bootleg: DREAD LIKE TEEN SPIRIT by Krakowski

Publié le 9 Juin 2016 par bigwhy dans musique, video, mashup, reggae, dub, pologne, label, facebook

Bootleg: DREAD LIKE TEEN SPIRIT by Krakowski

Le tube ultime des 90's en version reggae par un producteur Polonais?????

D'abord la bande à Cobain qui est arrivée juste au moment ou on croyait que la musique & le rock n roll etait foutu, (mais le phoenix renaitra toujours de ses cendres!). Ensuite Krakowski soit un DJ/producteur de Cracovie, comme son nom l'indique, qui s'adonne à des Mashups reggae du meilleur gout, sur l'excellent label underground: "Music for the People".

Le reggae polonais, ma grand mère en écoutait au petit déjeuner..........

Bootleg: DREAD LIKE TEEN SPIRIT by Krakowski
Bootleg: DREAD LIKE TEEN SPIRIT by Krakowski
commentaires

One track a day: WHEN I GO TO THE BEACH by Slickee Boys

Publié le 13 Avril 2016 par bigwhy dans musique, video, rock, surf, USA, facebook, label, internet

One track a day: WHEN I GO TO THE BEACH by Slickee Boys

Une bonne occasion de se souvenir de toute la bonne musique que l'on a découvert grace au label New Rose dans les années 80 (lien ci-joint).heureusement qu'ils étaient la pour nous faire découvrir la fine fleur du Punk n Roll!

Certains groupes refusent les étiquettes, préférant modeler un style qui leur sera propre que s’inscrire dans une lignée. Cette démarche est certes honorable, mais elle se conjugue mal avec les impératifs du marché, trouver la formule miracle qui amène au sommet des hit-parades sinon survie. Que la musique en question soit excellente ou non importe peu, car le rock est devenue une question de business plus que de qualité.

Les Slickee Boys sont une parfaite illustration de ce vieil adage. Incapable de se définir sur le grand échiquier de la pop et du punk, ils optent pour un son intermédiaire. On les traite même de psychédéliques pour mieux traduire cette incapacité à les labelliser. Hélas cela ne leur permet pas de fidéliser un public au-delà des frontières de leur Washington natal.

Les Slickee Boys naissent au printemps 76. Le premier concert ne tarde pas, le premier 45 tours également, une auto-production comme nombre de leurs futures productions. Les influences y apparaissent très versées dans le rock sixties, de Vince Taylor dont ils reprennent "Brand New Cadillac" aux Yardbirds en passant par le rock garage. Au beau milieu des années 70, ce genre d’attitude plaît énormément car c’est à la fois original et dans l’air du temps. Leur réputation dépasse donc les limites de Washington DC ce qui leur permet de se produire à New York au mythique Max Kansas City.

Les inspirations trop ancrées dans le passé ne font pas l’unanimité, et au début de l’année 77, une révolution est en marche, celle du punk-rock. Et alors que les Slickee Boys auraient pu sans problème aucun être l’un des nombreux acteurs de cette nouvelle vague musicale, au même titre que les Real Kids, Pere Ubu ou les Fleshtones restés fidèles à leur ligne de conduite mais considérés comme des incontournables de ce nouveau son, ces quelques mois de folie qui agitent les clubs et le circuit semblent être synonyme pour eux de mauvaise passe. Rien n’arrive, aucun label ne leur propose de contrat.

Ils ont beau puiser leurs racines dans le rock d’hier, le groupe n’a rien d’une réunion de vieux nostalgiques. Leur folie est on ne peut plus contemporaine. Ce qui se traduit, entre autres, par un look complètement incroyable où les cinq olibrius apparaissent comme des échappés d’un asile psychiatrique : chemises bariolés, vestes de costumes portées avec des baskets, cheveux longs ou courts sans aucune logique d’ensemble… Un délire instinctif difficile à canaliser sur disque mais qui aux dires des témoins reste une expérience unique. Au début de ces années 80, les Slickee Boys ont réellement trouvé leur vitesse de croisière, enfin !

Totalement dégagé des étiquettes précédentes, les Slickee Boys osent une pop intelligente qui révèle un humour à fleur de peau. Leurs racines se devinent, mais elles ne sont pas aussi affirmées qu’auparavant, et les quelques passages plus garage, plus psychédélique ou plus surf, sont plus ici pour rendre compte d’un itinéraire qu’autre chose. A la fois pop et punk, leur obsession pour le Chocolate Watchband semble évidente, mais ce n’est en aucun cas une pâle imitation. Il n’est d’ailleurs pour eux pas du tout question d’être assimilé à la vague des néo sixties qui en ce milieu des années 80 fait rage.

One track a day: WHEN I GO TO THE BEACH by Slickee Boys
One track a day: WHEN I GO TO THE BEACH by Slickee Boys
commentaires

One track a day: DESTINY by The Rootsman

Publié le 23 Mars 2016 par bigwhy dans musique, video, dub, world music, orientalisme, UK, label, i

One track a day: DESTINY by The Rootsman

Méconnu sous nos cieux, The Rootsman est un "dubber" britannique pourtant très original & inspiré pour un dub ethnique & militant remixé par Rasbors Inc ( soit un membre de Elephant System, le projet dub de Treponem Pal ).

DJ & musicien basé à Bradford en Angleterre, The Rootsman alias John Boloten fait son apprentissage dans les années 80 en sélectionnant des titres pour des sound systems de reggae/roots et en tant qu’invité de radios pirates. Quelques années plus tard,il organise sa propre soirée appelée «Dub Me Crazy» en 91, qui fera bientôt office de référence dans tout le Nord de l’Angleterre.
Plus tard, il devient DJ résident du SOUNDCLASH à Leeds. C’est à cette époque qu’il commençe à jouer dans les soirées en compagnie d’artistes comme Alex Patterson de THE ORB ou Andy Weatherall de SABRES OF PARADISE. The Rootsman fonde alors son propre label nommé THIRD EYE et sort le premier album de Dayjah & The Disciples en 93 . Le succès des soirées auxquelles il participe lui donne l’idée d’enregistrer ses propres dub plates. Le premier maxi sort donc en mai 94 et il s’appelle “Koyaanisqatsi”. Bien que sorti sous la forme d’un white label, il devient vite un hit sur la scène underground et reçoit un excellent accueil de la part de la presse.

Aujourd’hui complètement introuvable, il est devenu un vrai collector en Angleterre. S’enchaînent alors une succcession d’albums (au moins un par an !) et de collaborations diverses. Un peu de volume et vous retrouverez l’ambiance des meilleurs sound systems anglais ou des «DUB ACTION». Le public parisien se rapellera de «A Matter Of Time» qu’il avait pu découvrir en live, lors du passage de The Rootsman en juin 96, une des soirées les plus chaudes de DUB ACTION.

Pour La touche Orientale (Rootsman est très engagé dans le soutien à la Palestine) le destin c'est MEKTOUB!

Regalez vous, ce dub c'est un pur loukoum!

One track a day: DESTINY by The Rootsman
One track a day: DESTINY by The Rootsman
commentaires
1 2 > >>