Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Enthousiaste & Curieux

Articles avec #illustration catégorie

Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)

Publié le 18 Juin 2017 par bigwhy dans cleopatra, comic, illustration

Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)

Juste pour le plaisir des yeux pour les gosses ( & ceux qui ont su le rester!) des cléopatres issues de la BD/ comics & illustrations diverses: Toujours aussi belle & sensuelle, femme cruelle....

Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
Cleopatra: Illustrations Diaporama (26)
commentaires

Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti

Publié le 5 Janvier 2017 par bigwhy dans art, illustration, art nouveau, italie, histoire

Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti

Duilio Cambellotti était un artiste italien (1876-1960) peintre, sculpteur, illustrateur; lié à l'art nouveau, il apporte en plus une dimension sociale, morale & pédagogique afin de rendre l'Art accessible à tous, il était l'artiste artisan par excellence. Fils d'un sculpteur/décorateur, il suit d'abord des études de comptabilité, puis rentre aux beaux arts à Rome, sans obtenir, pour autant de diplôme, il se qualifie d'autodidacte. 

Il commence sa carrière dans les arts appliqués& l'affiche publicitaire, puis il abordera la décoration de théâtre, l'illustration, la peinture, le vitrail & l'architecture.

Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti
Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti
Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti
Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti
Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti
Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti
Focus sur un Artiste: Duilio Cambellotti

Grandir dans l'atelier du sculpteur et décorateur père, Cambellotti devient l'artiste-artisan par excellence: le sculpteur, scénographe, décorateur, illustrateur, graveur, décorateur, céramiste et quoi d'autre pourrait subir son élan créatif. Il a déclaré: "... il n'a jamais dédaigné toute forme d'art." Et il est cette multitude de médias que l'exposition vise à présenter et à faire connaître au grand public: les sculptures, vitraux, céramiques et tapisseries, dessins et croquis de théâtre.

Cambellotti, qui a fait ses débuts à Rome en 1897 en tant que concepteur d'affiches et de designers, est parmi les premiers en Italie à adopter les idées de Morris et, dans le sillage des idéologies progressistes de ces années, un besoin pour un but social de faire artistique, exposant dans ses œuvres le concept de mondialité, avec le désir de produire des objets d'art multipliable avec fonction aussi moralisatrice et pédagogique, afin de rendre possible pour tout le monde à utiliser.

En Cambellotti et dans ses œuvres il ressent le désir d'échapper à une simple contemplation du passé, à la reconstruction d'un siècle éclairé peu probable, à couler et se livrer à la réalité agressive et changeante mais aussi riche en stimuli et la vérité. L'artiste, tout en évitant l'idée d'une société hyper-technologique, étranglées par l'urbanisation et par des machines, utilise les moyens de communication et d'expression en lui contemporaine de se propager des valeurs simples et primordiaux.

Très important, il est le lien fort averti avec le monde rural, et d'origine rurale sont des thèmes récurrents, toujours le même, dans la carrière artistique de l'Empire romain. Près d'un retour à la recherche légendaire pour le noble sauvage, Cambellotti trouve dans les racines rurales que l'authenticité soit que le monde contemporain est d'oublier. Cependant, conscient du retard de conditions objectives qui caractérisent le monde même, nous votons, avec d'autres intellectuels, à son réaménagement.

En 1901, en collaboration avec Alessandro Marcucci il organise des lectures de Dante au peuple, alors qu'il a fondé en 1905 avec le même Marcucci, Turin John Cena, Giacomo Balla et d' autres intellectuels romains, les premières écoles pour les paysans de la campagne romaine.
En 1911 , le même groupe, dénonçant la campagne abandonnée, organise le Festival des écoles de l' Agro Romano, la création de la grande case artistique, un symbole d'un monde plus pur, loin de la civilisation urbaine fausse. Dans les années suivantes Cambellotti illustre l'amorce et le manuel de composition et crée des meubles pour les mêmes écoles Agro qu'il personnellement décorer.
Cambellotti, ainsi que l' une des personnalités les plus remarquables dans le domaine des graphiques en Italie, était, avec son activité artistique variée et l' adhésion à de nombreux problèmes socio-politiques contemporains, certainement un digne représentant de cette volonté artistique totale qui caractérise , presque partout, la fin du XIXe siècle et le début du suivant.

Il semble commode de dire que, à ce jour, Cambellotti se présente aussi comme un témoin faisant autorité à l'ouverture de l'espace artistique d'une ville qui serait aussi international.

(traduction approximative d'un article italien?)

commentaires

Zoom sur un artiste: Willy Pogany

Publié le 20 Octobre 2016 par bigwhy dans art, illustration, hongrie, art nouveau

Zoom sur un artiste: Willy Pogany

William Andrew (« Willy ») Pogány (né Vilmos Andreas Pogány en août 1882 à Szeged, Autriche-Hongrie ; mort le  à New York, États-Unis) est un illustrateur, peintre et décorateur hongrois. Principalement connu pour ses dessins concernant les mythes et les fables, il est rattaché à l'Art nouveau.

Willy Pogány fut étudiant à l'Université polytechnique et économique de Budapest avant de partir à Paris et Munich.

Il a contribué aux magazines Pulp, Pour vous et a illustré des livres de Pierre Louÿs, Padraic Colum, Lewis Carroll2 Omar Khayyam.

Il fut aussi décorateur au Metropolitan Opera, au Heckscher Children's Theatre.

Zoom sur un artiste: Willy Pogany
Zoom sur un artiste: Willy Pogany
Zoom sur un artiste: Willy Pogany
Zoom sur un artiste: Willy Pogany
Zoom sur un artiste: Willy Pogany
Zoom sur un artiste: Willy Pogany
Zoom sur un artiste: Willy Pogany
commentaires

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (3)

Publié le 7 Mai 2016 par bigwhy dans art, art nouveau, illustration, graphisme, gothic, UK, XIX siècle

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (3)

Dandy typique de l'aristocratie victorienne décadente, Aubrey Beardsley fut un illustrateur majeur de l'Art Nouveau anglais par son sens de l'arabesque précieuse et perverse, son graphisme stylisé illustre le plus souvent des thèmes fantastiques, morbides ou érotiques.

Son art, jugé grotesque et décadent par la bonne société de son époque, a plus tard été vu comme une critique de l'hypocrisie de la société victorienne.

Influencé par la ligne des Préraphaélites, notamment par la manière dont William Morris a su simplifier les lignes, Aubrey Beardsley eut une carrière aussi éphémère que brillante. En 1892, âgé de vingt ans seulement, il réalise 500 dessins à l’encre de Chine pour une publication bibliophilique de Le Morte d’Arthur de Thomas Malory, qui lui vaut un succès immédiat.

L'année suivante, Aubrey Beardsley est sollicité pour illustrer la première édition anglaise de Salomé d’Oscar Wilde, où il crée un archétype de la femme vénéneuse, caractéristique du symbolisme ambiant. Le succès fut à la hauteur du scandale.
Il illustre également The Rape of Lock d'Alexander Pope et Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier.
Directeur artistique éphémère de Yellow Book, organe de diffusion de l’Art Nouveau auquel il collabore régulièrement, Aubrey Beardsley réalise des illustrations pour des livres érotiques (notamment Lysistrate d’Aristophane, en 1896), sévèrement jugés par la morale britannique.

Son graphisme très subtil se caractérise par des jeux d’opposition de valeurs entre de larges aplats d’encre noire et des parties laissées en réserve blanche, et des éléments décoratifs sophistiqués, principalement influencés par l'art de la Renaissance et le japonisme.

Alors qu'il séjournait dans le sud de la France, à Menton, afin de soigner une tuberculose, Aubrey Beardsley meurt prématurément à l'âge de vingt-cinq ans.
Malheureusement sa vie fut brève, mais son style exerça une influence importante sur les développements de l'Art nouveau.

(article paru dans: http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.fr/)

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (3)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (3)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (3)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (3)
commentaires

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (2)

Publié le 6 Mai 2016 par bigwhy dans art, art nouveau, illustration, graphisme, UK, XIX siècle, gothic

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (2)

Contemporain & ami d’Oscar Wilde, il réalisa pour ce dernier des dessins en 1893 pour la version traduite en anglais de sa pièce Salomé publiée en 1894. Le succès fut à la hauteur du scandale.

En 1893, Oscar Wilde publie Salomé, sa première pièce écrite en français. De sa Judée natale aux confins occidentaux, Salomé se pare, sous la plume du dramaturge anglais, des sept voiles qui feront sa fortune d’icône voluptueuse autant qu’infernale. Personnage hautement ambivalent, elle incarne ces valeurs chères à l’Esthétisme britannique, cultivant le goût du paradoxe, de la métamorphose, de l’ambiguïté morale et sexuelle. C’est d’ailleurs ainsi qu’elle s’impose à l’imaginaire des artistes qui tenteront de lui donner un visage, tel Aubrey Beardsley, dessinant en noir et blanc les contours énigmatiques et changeants de la danseuse biblique. Le contraste de ces valeurs, du blanc virginal aux ténèbres démoniaques, et son inévitable renversement, inspirera d’ailleurs à Charles Bryant une adaptation cinématographique de la pièce en 1923. Porté par l’interprétation tour à tour sensuelle et féroce d’Alla Nazimova, le film oscille entre nostalgie et avant-garde, hanté par les dialogues de Wilde, les décors et les créatures de Beardsley. Mais le cinéma vient ici ajouter sa pierre à l’édifice esthétique, créant, par le cadrage, le montage, les fondus enchaînés et les surimpressions, des images à la fois énigmatiques et révélatrices, dignes héritières des rêveries, parfois cauchemardesques, qu’a su produire l’Angleterre de la fin du xixe siècle. Et lorsque, près d’un siècle après sa première représentation, Ken Russell choisit à son tour d’adapter la dernière danse de Salomé, c’est à une véritable traversée de l’autre côté du miroir qu’il nous convie où s’installe la transgression, effaçant les limites entre la scène et la salle, le jeu et la vie, l’artifice et la réalité, ambivalence fondamentale de l’Esthétisme. De la pièce de Wilde aux gravures de Beardsley, de l’adaptation de Bryant à la mise en abîme de Russell, Salomé aux multiples visages survit et se métamorphose, éternelle revenante, prouvant ainsi la capacité de l’Esthétisme britannique à forger ses propres mythes, évidemment décadents.

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (2)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (2)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (2)

Pour les personnes interéssées, vous trouverez un dossier (10 articles) sur le mythe de Salomé, dans ce blog (liens ci -joint)

commentaires

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)

Publié le 4 Mai 2016 par bigwhy dans art, art nouveau, illustration, graphisme, UK, XIX siècle, gothic

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)

Aubrey Beardsley était un graveur et dessinateur britannique né en 1872 à Brighton - Décédé en 1898.

Ses œuvres, illustrant des thèmes fantastiques ou érotiques, sont caractérisées par un graphisme très stylisé.

Beardsley fut considéré comme l'un des illustrateurs les plus novateurs d'Angleterre.

Ses compositions, qui ne respectent pas les conventions de proportion et de perspective, traitent de sujets d'inspiration morbide, fantastique ou érotique et traduisent une forte influence de l'art japonais.

Il fit paraître ses créations dans des revues.

Il illustra de nombreux ouvrages et réalisa également des affiches.

Beardsley mourut de la tuberculose à l'âge de vingt-six ans.

Malgré une courte carrière, son style exerça une influence importante sur les développements de l'Art nouveau.

Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
Zoom sur un artiste: Aubrey Beardsley (1)
commentaires