Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Enthousiaste & Curieux

Articles avec #art catégorie

MICHAEL PARKES

Publié le 17 Octobre 2017 par bigwhy dans art, erotisme, symbolisme

MICHAEL PARKES

Entre l'art nouveau de Klimt & les pré-raphaelistes/ symbolistes, Michael Parkes, peintre & illustrateur americain, nous berce dans une douceur sensuelle & intemporelle...

Michael Parkes - magicien Réaliste. Ce qui est inhabituel à propos de Michael Parkes est que dans ses images des éléments métaphysiques et spirituels sont reliés à la réalité. Son travail évoque une atmosphère mystérieuse, qui  peut souvent être déchiffré avec l'aide de la mythologie antique et la philosophie orientale.

Dans le monde fantastique de Parkes, les lois de la réalité terrestre sont abolies, et l'espace et le temps entrent dans leur propre communion immobile. Il est tentant de parler d'un monde de rêve avec Parkes, si il n'y avait pas le fait que le «monde de rêve» de Michael Parkes dépasse tous nos rêves dans l'audace, de la liberté et de l'intensité. En bref, dans Michael Parkes, l'art figuratif de notre époque a trouvé un nouveau, fascinant et très authentique exposant.

En tant qu'êtres humains, nous limitons notre sens de la perception de ce qui est généralement à l'aise et présent dans la vie quotidienne. En limitant nos perceptions en fonction de notre individualité, nous manquons l'immensité d'autres perceptions et les portes qu'ils représentent. Bien que nous avons été conditionnés à rien, sauf notre propre monde percevoir, cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas entrer dans d'autres domaines. - Michael Parkes

Né en 1944, Michael Parkes a étudié l'art graphique et la peinture à l'Université du Kansas et a ensuite voyagé pendant trois ans à travers l'Asie et l'Europe. En 1975, Michael Parkes réglé en Espagne, où il vit actuellement. Tout au long de sa carrière, de nombreuses expositions internationales soulignent l'importance du travail de Parkes. Michael Parkes est à la fois un peintre de talent unique et maître de l'art de la lithographie en pierre d'origine.

Michael Parkes est le premier magicien réaliste du monde. Il est un peintre, un sculpteur et lithographe de pierre. Ses plus de 30 ans de succès comme un bel artiste se démarquer dans le monde de l'art, où moins de 1% des artistes jamais atteindre le succès sur les marchés primaires et secondaires. Les œuvres Parkes sont collectées par des célébrités, des collectionneurs privés importants et les musées à travers le monde, et son corps de travail a résisté à l'épreuve du temps. Cela étant dit, Parkes continue à créer de nouvelles œuvres, qui sont tous très prisés.
MICHAEL PARKES
MICHAEL PARKESMICHAEL PARKES
commentaires

Phryné devant l'Aéropage

Publié le 13 Octobre 2017 par bigwhy dans art, erotisme, orientalisme, histoire, légende

(Jean-Léon Gérôme 1861)

(Jean-Léon Gérôme 1861)

Phryné, fille d'Epiktès, originaire de Thespies en Béotie, s'installe probablement à Athènes après la destruction de sa ville par les Thébains en 371 avant J.-C. Accusée d'impiété, Hypéride, son avocat, à cours d'argument au moment où elle allait être condamnée, enleva le peplos qui drapait sa cliente et montra toutes les splendeurs secrètes de sa beauté ; les juges saisis comme devant une appréhension religieuse ne voulurent pas que l'on porte la main sur une telle beauté. Courtisane célèbre et riche, elle aurait servi de modèle à Praxitèle son amant pour l'Aphrodite de Cnide. Entre les statues d'Aphrodite pour lesquelles Phryné a posé et les portraits de Phryné idéalisés par Praxitèle, entre les effigies nues et les drapées qui peuvent être Aphrodite ou Phryné, comment trancher ?

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, elle nourrit l'imaginaire des artistes français ; comme Aspasie et Sapho, elle perpétue la tradition classique des femmes illustres et controversées : elle sera le thème de seize peintures et trente-et-une sculptures notamment comme femme dénudée devant les juges.

(interprétation personnelle)

(interprétation personnelle)

commentaires

KUPKA (9)

Publié le 30 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (9)

En 1936, Kupka est représenté à la grande exposition "Cubisme et Art Abstrait" du Musée d'Art Moderne de New York avec 3 toiles, dont "Disques de Newton". Avec son ami Mucha, en juin 1936 pour la première fois, il est présent dans une exposition officielle au Musée du Jeu de Paume à Paris. En 1938, il peint "Elévation", qui représente un ensemble de bandes verticales colorées séparées par des lignes noires et encadrées de marges jaunes. C'est un certain retour aux compositions verticales des années 1910. La guerre 39-45 et la maladie contraignent Kupka à arrêter son activité, et à se réfugier à Beaugency.

Après guerre, son oeuvre trouve une certaine reconnaissance officielle. Il est invité à Prague pour son 75ème anniversaire et le gouvernement tchèque lui achète une vingtaine de toiles importantes. De retour à Paris, il reprend ses travaux : "Plans Mobiles" en 1950 , "Autre Construction " en 1953 ou "Deux Bleus" en 1956, concrétisent les toiles les plus marquantes de ses dernières recherches, tandis que le Musée d'Art Moderne à New York lui achète plusieurs de ses toiles et reconnaît ainsi en lui un peintre majeur et aussi important que Kandinky ou Mondrian. Il meurt en juin 1957 dans la banlieue parisienne dans sa maison de Puteaux où il vivait depuis 50 ans. L'année suivante, Le Musée National d'Art Moderne de Paris entreprend de réaliser une grande exposition rétrospective concrétisant ainsi la reconnaissance de son génie et de sa passion créatrice.

KUPKA (9)
commentaires

KUPKA (8)

Publié le 29 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (8)

Fort de cette réflexion théorique sur l'abstraction, il poursuit ses recherches en gardant une méfiance à l'égard du mouvement dadaïste et du surréalisme naissant. Il reprend de nombreuses toiles anciennes parmi lesquelles " Printemps Cosmique " commencée en 1911 et achevée en 1920, ou "Le Bleu" commencée en 1913 et achevée en 1923, ou "Architecture Philosophique " commencée en 1913 et achevée en 1924, mais c'est avec "La Colorée" en 1919, qu'il amorce de nouvelles recherches avec un symbolisme qui le ramène vers une peinture presque figurative : cette toile très colorée représente le mouvement d'un corps féminin saisi simultanément dans de multiples positions. On retrouve cette même recherche dans des toiles telles que "Rencontre" en 1919, "Charpente bleue" en 1920 ou "La Contredanse" en 1921-1922. Kupka reste toujours attaché à l'astronomie, et à ses découvertes qu'il traduit dans des toiles telles que "Lignes Animées" en 1921 ou "Espaces Animés" en 1922 pleines de formes tourbillonnaires et visionnaires. En 1921, il parvient pour la première fois à organiser une exposition personnelle qui a un certain retentissement auprès de la critique et de la presse. Mais cela ne change pas le cours de la vie modeste qu'il mène et l'ardeur qu'il met à continuer ses recherches et à perfectionner ses théories. En 1925, sa toile " Machinisme", puis la série " L'Acier Boît " entre 1927 et 1928 et "Bock Syncopé" entre 1928 et 1930 reprennent le thème du mouvement lié cette fois çi au machinisme : des rouages, des bielles, des pièces mécaniques circulaires traduisent la puissance de machines imaginaires et écrasantes. A partir de 1935, Kupka qui s'interesse aussi à la musique en ayant été marqué par "Pacific 231" d'Arthur Honegger, mais aussi plein d'interêt pour une nouvelle musique qui est le jazz tente de conjuguer le machinisme et l'expression de la musique : il peint la série "Jazz Hot" en 1935, puis en 1936 "Musique".

KUPKA (8)
commentaires

KUPKA (7)

Publié le 28 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (7)

Kupka a la particularité avec Georges Braque de ne pas dater ses toiles. Parfois quelques années plus tard, il reprend certaines de ses toiles pourtant achevées, qu'il retouche et quelquefois, qu'il "postdate" ou "antidate" même si elles sont anciennes, car il préfère la classification de son oeuvre par thème, plutôt que de façon chronologique. La guerre de 1914 créée une rupture dans sa production : Kupka s'engage aux côtés des soldats français. A son retour, il décide de reprendre son oeuvre de peintre, mais décide aussi de réunir ses écrits théoriques sur l'art qu'il rédige depuis 1910 et qu'il veut publier sous le titre " La Création dans les Arts Plastiques". Cet ouvrage ne paraîtra qu'en 1923 en tchèque, car il ne trouvera aucun éditeur pour le lui publier en français, langue dans laquelle il ne paraîtra que 65 ans plus tard. Livre majeur pour la compréhension de la peinture abstraite au côté du livre de Kandinsky" Du spirituel dans l'art" (1911), Kupka écrit alors " Nous distinguons deux grandes catégories d'oeuvres plastiques. Il y a d'une part, celles qui témoignent du parti pris de saisir simplement l'impression reçue des formes de la nature dans son émergence, telle qu'elle s'annonce à la conscience. Mais il y en a d'autres où le peintre ou le sculpteur nous donne à déchiffrer une pensée spéculative qui se traduit par une combinaison d'élément s plastiques ou chromatiques". Il se rapproche en cela des thèses d'un autre théoricien de l'art qui est Auguste Herbin, lequel dans son livre intitulé " La peinture non-figurative non objective", écrit : " La lisibilité de la peinture non figurative, ou, si l'on veut, le potentiel discursif, expressif, est lié à la technique et aux moyens mis en oeuvre.Tout dépend des traits, des lignes, des relations, des étendues, et des valeurs lumineuses entre elles, de l'accord des proportions et des volumes. Ce sont là les agents de l'expression, dotés chacun de son identité spécifique, au même titre que les élèments de n'importe quel complexe articulé- détails inséparables de l'ensemble, comme le sont les timbres, les tierces, les quintes en musique ou encore les phonèmes, les syllabes, les mots et les phrases de l'expression verbale"

KUPKA (7)
commentaires

KUPKA (6)

Publié le 27 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (6)

En 1909, il peint "Le Premier pas", titre ambigu pour une oeuvre totalement abstraite qui transcrit aussi le vif intérêt de Kupka pour les sciences de l'astronomie . Apparaissent chez kupka les premières structures verticales et géométriques, sans perspectives, que l'on trouve un peu plus tad chez Delaunay, chez Léger mais aussi chez les futuristes italiens . "Plans par couleurs" ou "Les Touches de Piano" ou encore "Mme Kupka parmi les verticales " en 1910 auxquelles succédera "Ordonnance sur verticales" fin 1911 constituent des oeuvres essentielles dans le parcours du peintre.

"La Primitive" en 1911, constitue une étape supplémentaire qui lui est inspirée par les effets des rayons du soleil au travers un vitrail. Les structures deviennet circulaires, que l'on retrouve dans ses "Disques de Newton" en 1912 et "Amorpha, fugue en deux Couleurs", qui composée de formes géométriques non décoratives et sans sujet provoque le scandale. Il reçoit les encouragements de Georges Ribemont-Dessaignes, mais aussi du sculpteur Raymond Duchamp Villon et de Marcel Duchamp. Kupka refuse d'être rattaché au mouvement pictural qui apparaît sous le vocable de "cubisme" donné par Jacques Villon aux peintures de Duchamp, Archipenko, La Fresnaye, Gris, Léger, Delaunay, Picabia, tandis que Guillaume Appolinaire de son côté baptise d'"orphisme" les peintures en compositions circulaires, libérées des modèles du réel, ce qu'il refuse tout autant. Kupka veut défendre sa position de précurseur dans la peinture de l'époque et se tient à distance de ces différents mouvement. Il lui en vaudra peut-être sa réputation d'être un homme taciturne.

KUPKA (6)
commentaires

KUPKA (5)

Publié le 26 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (5)

En 1906, il s'installe dans une petite maison à Puteaux et vit avec Eugénie Straub. Il décide de suivre des cours de sciences naturelles à la Sorbonne, convaincu que cela peut l'aider à perfectionner son art. Il s'interresse aussi aux déformations des formes des objets immergés dans l'eau. Il peint cette même année "L'Eau - la Baigneuse" qui constitue un moment important dans son évolution vers le morcellement des formes. Le tableau "La Gamme Jaune" qu'il peint en 1908 est une autre étape dans cette évolution dans le sens où elle est une recherche sur la couleur dans le prolongement des recherches du physicien Chevreul qui influencèrent beaucoup la peinture de l'époque . "La Petite Fille au Ballon " qu'il peint en 1908 représente une jeune fille nue tenant une balle à la main. Elle est importante dans l'oeuvre de Kupka, car elle est le point de départ d'un ensemble de recherches, qui au travers d'autres toiles telles que "La Môme à Gallien" en 1909, "Le Tango" en 1910, le conduit vers une stylisation des formes et de la couleur et progressivement vers l'abstraction. Car parallèlement à cette évolution, il continue son travail d'illustrateur sur le thème de "Prométhée", où l'on voit les perspectives disparaître en faveur des profils des personnages, et de scènes planes, comme on les trouve dans les peintures primitives égyptiennes.

 

KUPKA (5)
commentaires

KUPKA (4)

Publié le 25 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (4)

Il demeure aussi toujours interessé par le mysticisme et l'imagerie occulte que l'on trouve dans "les Nénuphars" en 1900, et qui représente un foetus en suspension attaché à un lotus au milieu de nénuphars. "La Vague" et "Visage de dormeuse" qu'il éxécute en 1902, et"Femme devant un Miroir" en 1903, expriment aussi chez Kupka des tendances à la fois symbolistes et sensualistes. Ayant aussi connu la misère, Kupka ne peut rester indifférent aux évènements sociaux ravivés par l'affaire Dreyfus et à l'effervescence politique qui se propage. Il prend position pour les idées anarchistes comme le feront à son époque Stenlein, ou Valloton et collabore à diverses publications dont "L'Assiette au beurre", et "L'illustration" pour lesquelles il réalise des dessins satiriques jusqu'en 1907. Il compose aussi de nombreuses gravures et dessins pendant cette période, ainsi que des illustrations pour des éditions bibliophiliques.

KUPKA (4)
commentaires

KUPKA (3)

Publié le 24 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (3)

Il décide néanmoins, de poursuivre ses voyages : il va en Scandinavie, puis vient en France où il arrive en 1896. Il s'installe à Paris dans le quartier de Montmartre où l'un de ses compatriotes Alfons Mucha réside déjà, lequel parvient à vivre en réalisant des affiches pour les pièces Sarah Bernhardt. Kupka décide de tenter de gagner lui aussi sa vie en étant illustrateur, mais tout en continuant de peindre. C'est ainsi qu'il réalise des affiches pour des cabarets comme Le Chat Noir ou L'Ane Rouge, et qu'il travaille pour Aristide Bruant tout en réalisant des oeuvres d'après nature pour des proches. C'est à cette époque, qu'il peint ainsi "Nu allongé" en 1898, le portrait de son amie Gabrielle, dans un genre élégant, frais et familier, mais qu'il réalise aussi des toiles telles que "Danse Macabre" ou "L'Argent" en 1899 dans un genre fantastique emprunt d'humour noir et de satire sociale.

KUPKA (3)
commentaires

KUPKA (2)

Publié le 23 Septembre 2017 par bigwhy dans art

KUPKA (2)

Kupka perfectionne sa connaissance et sa pratique de la peinture jusqu'en 1892 où il sort diplômé de l'Académie de Prague. Il décide alors de voyager et d'aller à Vienne, qui jouit alors d'une grande renommée artistique, tant en matière de musique avec Mahler et Schoenberg, d'architecture avec Otto Wagner, qu'en peinture avec Gustav Klimt ou qu'en littérature et en sciences humaines avec Karl Krauss et un certain Sigmund Freud. Il s'y inscrit à des cours de peinture, tout en complétant son éducation en autodidacte, par des lectures d'ouvrages de philosophie, et d'occultisme . Cette période l'amène à dessiner et à peindre des portraits, ou des scènes plus ou moins allégoriques telle que "Le dernier rêve de Heine mourant " en 1893, qui lui attirent une certaine réputation et quelques rares commandes.

KUPKA (2)
KUPKA (2)
commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>