Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Articles avec #70's catégorie

One track a day: DO YOU WANT TO TOUCH ME by Gary Glitter

Publié le 26 Mai 2017 par bigwhy dans musique, video, rock, 70's, UK

One track a day: DO YOU WANT TO TOUCH ME by Gary Glitter

Au vu des déboires judiciaires de l'ex icone du Glam-Rock des 70's (condamnation a 16 ans de prison pour pédophilie!), la chanson est prophétique et le plaisir coupable!

Do you wanna touch!

One track a day: DO YOU WANT TO TOUCH ME by Gary Glitter
commentaires

One track a day: HIGHWAY STAR by Deep Purple

Publié le 5 Avril 2017 par bigwhy dans musique, video, hard rock, 70's, UK

One track a day: HIGHWAY STAR by Deep Purple

Le titre Highway Star sortit dans l'album Machine Head (1972) fait suite à une question d'un journaliste qui demandait comment le groupe composait leurs chansons. Ritchie Blackmore commença alors à jouer un riff sur sa guitare acoustique avec une seule note répétée en boucle. Ian Gillian mit alors des paroles sur la musique.

Highway Star est vraiment LE titre qui scotche ! Ca dépote et ça pétarade à un rythme effréné, avec des couplets à la limite du futurisme (tant ce genre de composition est en avance sur son temps), des refrains ravageurs et bien entendu des soli de guitare et de clavier divins.

 

Personne ne prendra ma voiture

Je vais l'emballer à la terre

Personne ne battra ma voiture

Elle dépassera le mur du son

Ooh c'est une machine à tuer

Elle a tout

Comme une puissance de conduite

Grands énormes pneus et tout...

Je l'aime, j'ai besoin d'elle, je la saigne

Ouais c'est un ouragan sauvage

Bon, accrochez-vous

Je suis une star de la route

Personne ne prendra ma copine

Je vais la garder jusqu'à la fin

Personne n'aura ma copine

Elle reste inaccessible de chaque côté

Ooh c'est une machine à tuer

Elle a tout

Comme une bouche mobile

Contrôle du corps et tout...

Je l'aime, j'ai besoin d'elle, je la choisis

Ouais elle m'excite

Bon, accrochez-vous

Je suis une star de la route

Personne ne prendra ma tête

J'ai de la vitesse dans mon cerveau

Personne ne volera ma tête

Vu que maintenant je suis de nouveau sur la route

Ooh je suis encore au paradis

J'ai tout

Comme une terre mobile

Une grande route et tout...

Je l'aime, j'en ai besoin, je la choisis

Huit cylindres toutes à moi

Bon, accrochez-vous

Je suis une star de la route

 

One track a day: HIGHWAY STAR by Deep Purple
One track a day: HIGHWAY STAR by Deep Purple
commentaires

Pin Up: Julie Ege

Publié le 27 Mars 2017 par bigwhy dans pin up, norvege, 60's, 70's

Pin Up: Julie Ege

Julie Ege naquît le 12 novembre 1943 à Sandnes, en Norvège.
Elle débuta sa carrière en 1967.
Elle fut marié à trois reprises pour de courtes durés.
Il y a peu d'information à ce sujet.
Après sa courte carrière qui la décevait, elle devint infirmière dans son pays
Elle s'éteignit d'un cancer le 29 avril 2008 à Olso, en Norvège.
Elle était âgée de 64 ans.

”je tourne à Londres mon quatorzième film qui sera aussi mauvais et ennuyeux que les 13 précédents, je ne sais pas pourquoi, mais je ne tourne que des films abominablement rasoirs...Mais comme personne ne va les voir, ce n'est pas grave!“

” L'ennui que dégage mon dernier mari , Alf, est pyramidal! D'ailleurs c'est un dentiste, rien n'est plus triste qu'un dentiste, heureusement que nous vivons à 3 avec sa petite amie, comme ça on se partage la corvée!“

Pin Up: Julie Ege
Pin Up: Julie Ege
Pin Up: Julie Ege
Pin Up: Julie Ege
commentaires

One track a day : STUCK IN THE MIDDLE WITH YOU by Stealers Wheel

Publié le 13 Mars 2017 par bigwhy dans musique, video, rock, 70's, USA, bande originale

One track a day : STUCK IN THE MIDDLE WITH YOU by Stealers Wheel

Stuck in the Middle with You est utilisé par Quentin Tarrantino dans son premier film Reservoir Dogs. Cette chanson est jouée durant la scène du "coupage d'oreille", quand Mr. Blonde se moque et torture un officier de police en chantant et dansant sur la musique

Ce track de 1972 conçu, au départ comme une parodie de Bob Dylan surprendra ses auteurs par son succès inattendu.

Allez comme vous etes gentils, en cadeau une réalisation maison au crochet, pour mettre sur le rebord de la cheminée!

One track a day : STUCK IN THE MIDDLE WITH YOU by Stealers Wheel
One track a day : STUCK IN THE MIDDLE WITH YOU by Stealers Wheel
commentaires

One track a day: DEEPER & DEEPER by Jackie Mittoo

Publié le 9 Février 2017 par bigwhy dans musique, video, reggae, soul, dub, jamaique, 70's

One track a day: DEEPER & DEEPER by Jackie Mittoo

Deeper & Deeper un petit "scorcher" (écorché, instrumental pré dub) proche de la perfection!

Né en 1948, Jackie Mittoo était le clavier le plus talentueux de l’histoire de la musique jamaïquaine. Il prit ses premiers cours de piano dès l’âge de 4 ans. Sa grand-mère lui enseigna les secrets du classique pendant qu’il s’entraînait à reproduire les titres de soul qu’il entendait à la radio.

Recruté très tôt par Clement "Coxsone" Dodd, il fait partie de l’équipe du Studio One. Mais c’est sa participation au groupe mythique Des Skatalites (à l’âge de 15 ans) qui va lui valoir la reconnaissance du public.

Mais il n’est pas le clavier d’un seul groupe. Comme beaucoup d’autres musiciens, il joue avec de nombreux trios vocaux et autres chanteurs. Ses talents en font un clavier très demandé. Pour preuve, il participe à des groupes comme les Soul Vendors, les Soul Brothers, les Heptones les wailers, Ken Boothe, Marcia Griffiths…

Ce fabuleux artiste nous quitte à l’âge de 52 ans des suites d’une longue maladie. Laissant derrière lui un nombre impressionnant de participation à des albums légendaires, il restera à jamais dans les oreilles des amoureux du rocksteady et du reggae…

One track a day: DEEPER & DEEPER by Jackie Mittoo
One track a day: DEEPER & DEEPER by Jackie Mittoo
commentaires

One track a day: SILLY SALLY by Sweet Smoke

Publié le 30 Janvier 2017 par bigwhy dans musique, video, 70's, planant, psychedelique, USA

One track a day: SILLY SALLY by Sweet Smoke

Je sais! attaquer une semaine par ça c'est un peu dur! mais c'est pour resister à la pression de babylone man! attention le morceau dure tout de meme 16 minutes 30! coolitude totale brother!

Silly Sally, est surtout connu pour le long (plus de cinq minutes) solo de batterie avec effet helicoptère (vietnam??) la légende voudrait que ce soit une erreur de synchronisation des pistes stéréos qui produise cet effet: le "flanger" était né!

Sweet Smoke est groupe originaire de Brooklyn, formé en 1967, et qui s'établit deux ans plus tard en Allemagne afin de vivre en communauté. Sweet Smoke est un pur produit de la culture hippie et ce "just a poke" est un des sommets musical de ce mouvement.

Ce premier album sorti en 1970 n'est composé que de deux longues plages de 16 minutes chacunes, composées à partir de longs jams improvisés, ce dont le groupe était coutumier en live. Malgré la durée des morceaux, Sweet Smoke ne tombe pas dans les travers de certains groupes de rock progressif de l'époque, évitant les longueurs et n'étant à aucun moment ennuyeux. "Baby Night", qui truste la face A, est une parfaite synthese de rock 70's, de jazz et de funk. Le morceau commence en douceur avec une superbe mélodie portée par une voix des plus chaudes, accompagnée par une flûte enchanteresse. Le tempo s'emballe ensuite dans un délire jazzy rock irrésistible avant de s'approprier le "soft parade" des Doors dans une version des plus étonnantes.

On change de face et un saxophone au groove frénétique et psychédélique ouvre "silly sally". Les guitares partent ensuite dans des dérives kaléidoscopiques avant un court solo de basse magistral annonciateur d'un long solo de batterie dantesque. Agrémenté d'effets stéréos et de flanger, il donne l'impression d'entendre un hélicoptère au dessus de nos têtes. Ce passage, qui n'est pas sans rappeler "in-a-gadda-da-vida" de Iron Butterfly, est à tout pris à savourer au casque et est un des temps forts de cet album.

La pochette décrit bien la teneur de ce disque : un dessin aux couleurs psychés où un personnage tire sur un joint aux motifs du drapeau américain. En bref, l'écoute de "just a poke" emmène très haut dans les nuages et est un petit bonheur de poésie musicale.

Si jusqu'à présent, vous pensiez qu'un morceau long est forcément ennuyeux, ce "just a poke" groovy en diable et psychédélique va vite vous faire changer d'avis !

One track a day: SILLY SALLY by Sweet Smoke
commentaires

One track a day: "FEMME FATALE by the Velvet Underground

Publié le 27 Janvier 2017 par bigwhy dans musique, video, 70's, art, USA

One track a day: "FEMME FATALE by the Velvet Underground

le 1er album du Velvet, celui avec la banane "Andy Warhol" est fondateur d'une esthetique nostalgique & arty qui préfigure la new wave, Saviez vous que le nom du groupe vient d'un club sado maso de new york, celui dont vous contemplez l'affiche!

Messieurs faites attention aux femmes fatales (de votre entourage), mesdames faites claqué vos fouet, et que ca saute!

One track a day: "FEMME FATALE by the Velvet Underground
commentaires

Pin Up: Ann Margret

Publié le 31 Décembre 2016 par bigwhy dans pin up, USA, 60's, rousse, suede, 70's

Pin Up: Ann Margret

Fameux sex-symbol aux cheveux roux, la Suédoise Ann-Margret (de son vrai nom Ann-Margret Olsson) débute dans son propre pays comme chanteuse et danseuse de cabaret avant de poursuivre sa carrière aux Etats-Unis, sous la houlette du producteur et acteur de comédies musicales George Burns. En 1961, elle apparaît dans le dernier film de Frank CapraMilliardaire pour un jour, avant de tenir des rôles plus importants dans des thrillers et des comédies musicales. Elle tient notamment la vedette de L'Amour en quatrième vitesse auprès d'Elvis Presley en 1964, puis seconde Steve McQueen dans Le Kid de Cincinnati en 1965.

Après une poignée de productions anodines tournées aux Etats-Unis comme en Europe, elle accepte ce qui restera comme l'un des grands rôles de sa vie : dans la comédie mélancolique Ce plaisir qu'on dit charnel de Mike Nichols (1971), elle joue une femme libérée tournant autour de Jack Nicholson. Cette interprétation lui vaut une nomination à l'Oscar et accroît de manière certaine sa popularité. Néanmoins, Ann-Margret n'en profite que modérément, car une chute brutale lors d'un concert la cloue sur un lit d'hôpital, menaçant sa vie et la suite d'une carrière en plein essor. 

Mais les années 1970 apportent alors leur lot de films psychédéliques, témoins de la contre-culture naissante, et Ann-Margret compte bien s'y s'engouffrer pour s'imposer comme l'incarnation de la femme mûre et sexy. Outre des rôles pour les Français Jacques Deray et Claude Chabrol, elle campe la mère dévergondée de Roger Daltrey dans l'adaptation par Ken Russell de l'opéra-rock des WhoTommy (1975), et y gagne une seconde nomination à l'Oscar. Elle interprète ensuite une croqueuse de diamants nymphoname dans Mon Beau légionnaire (1977) de Marty Feldman ou encore la victime d'un psychopathe joué par Anthony Hopkins dans le film d'horreur Magic (1978). 

Pin Up: Ann Margret
Pin Up: Ann Margret
commentaires

Pin Up: Raquel Welch

Publié le 30 Décembre 2016 par bigwhy dans pin up, vintage girl, 60's, 70's, USA, rousse

Pin Up: Raquel Welch

Née d'un père bolivien, la belle Raquel Welsh a fait ses premiers pas au lycée de La Jolla, en Californie jusqu'en 1957. Elle se fait vite remarquée au sein de son étalissement en remportant le concours de Miss Fairest of the Fair à San Diego.
Connue avant toute choses pour ses talents de mannequin, elle avait décroché durant sa vingtième année les titres de "Miss Photogenic", "Miss Contour" et "Miss Maid of California". 
Vite considérée pour sa beauté, elle commence comme serveuse dans des bars, mais obtient assez vite des rôles de bimbos dans le cinéma.

Après quelques apparitions télévisées, Raquel Welch accède au premier rôle dans le sketch "Fata Elena" réalisé par l'italien Mauro Bolognini, face au Français Jean Sorel, extrait du film Les Ogresses dans lequel elle rivalise avec Monica VittiClaudia Cardinale et Capucine… Elle enchaîne avec d'excellents films comme Le Voyage fantastique et Un million d'années avant J.C., ce dernier surtout n'exclut pas une dose de kitch et la sacre sex symbol international. Elle fut considérée comme ayant "porté le premier bikini de l'histoire de l'Humanité" ("wearing mankind's first bikini") et le bikini de fourrure fut décrit comme le "look définitif des années 1960"

Pin Up: Raquel Welch
Pin Up: Raquel Welch
Pin Up: Raquel Welch
Pin Up: Raquel Welch
Pin Up: Raquel Welch
Pin Up: Raquel Welch
Pin Up: Raquel Welch
commentaires

One track a day: BORED by Destroy All Monsters

Publié le 2 Décembre 2016 par bigwhy dans musique, video, rock, 70's, USA

One track a day: BORED by Destroy All Monsters

Par ce que ce matin, j'en ai vraiment plein le.....!

(on sait enfin d'ou vient le son de Sonic Youth!)

Destroy All Monsters : un groupe mythique (et maudit) de la scène de Detroit au cœur des seventies, actif de 1973 à 1985. Fondé par des étudiants en art de l’université du Michigan, le groupe avait pour ambition de mixer rock punk à la manière des Stooges et performances scéniques à base de visuels psychédéliques – ce qu’ils nommèrent "guerilla style".

La configuration la plus connue quoique très éphémère de Destroy All Monsters rassemblait le réalisateur de films Cary Loren, les frères Miller (ex Sproton Layer et futurs Mission of Burma) et la chanteuse et peintre Niagara (aucun rapport avec le groupe français) qui animait les concerts telle une prêtresse féline (un Iggy Pop au féminin, une femme fatale dont la ressemblance avec Nico est assez troublante,voir les vidéos sur You Tube !). En 1977, le duo est rejoint par deux anciens de deux groupes mythiques : Ron Asheton (guitariste des Stooges) et Michael Davis (bassiste de MC5).

Il en résulte un 45 tours : " Bored " (face A) / " You’re Gonna Die " (face B) – une quintessence du son rock’n’roll garage punk de la scène de Detroit. Il n’y eut guère de suite : plaqué par Niagara qui n’a plus d’yeux que pour Ron Asheton, Loren s’en va ; les frères Miller fondent le groupe culte Mission of Burma ; Niagara et Ron Asheton publieront encore trois singles sans guère d’échos en 1978/79, avant de fonder Dark Carnival en 1984 avec Scott Asheton à la batterie.

Collector : les six numéros du " Destroy All Monsters Magazin " publiés entre 1976 et 1979.

One track a day: BORED by Destroy All Monsters
One track a day: BORED by Destroy All Monsters
commentaires
1 2 3 4 5 > >>