Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Articles avec #60's catégorie

Pin Up: Elke Sommer

Publié le 6 Avril 2017 par bigwhy dans pin up, 60's, allemagne

Pin Up: Elke Sommer

Actrice allemande, née Elke Schletz, le 5 novembre 1940, à Spandau.

Fille unique du pasteur Peter Schletz et de Renata Topp, la petite Elke est la noble descendante d'une lignée d'origine allemande dont elle héritera plus tard du titre de baronne. Mais les difficultés occasionnées par le second conflit mondial placent pour l'heure la famille dans une situation financière délicate.

Adolescente, elle montre des talents artistiques évidents qui poussent ses parents à faire néanmoins les sacrifices nécessaires à son épanouissement culturel. C'est ainsi qu'elle suit, dès 1950, des cours de peinture qui lui permettent aujourd'hui d'être une artiste reconnue dans cette discipline.

En 1957, elle s'exile à Londres comme jeune fille au pair afin de parfaire sa connaissance de la langue anglaise, une initiative qu'elle n'eut pas à regretter lorsque la gloire fut venue. Car, lors d'un voyage en Italie en compagnie de sa mère, elle est remarquée par le producteur-réalisateur Giuseppe Benetti qui la fait débuter dans «L'amico del giaguaro». Elle enchaîne ainsi plusieurs films dans la péninsule («Ragazzi del Juke-box» et «La Pica sul Pacifico» en 1959, etc) avant de se retrouver sous l'objectif d'un metteur en scène germanique («Le gang descend sur la ville» de Gerd Oswald en 1959).

A l'aise dans la pratique des langues dominantes, l'appétissante blonde retrouve les brumes londoniennes pour un «Don't Bother to Knock ?» (1961) qui n'est pas le remake du titre homonyme dont un autre sex symbolMarilyn Monroe fut avant elle la vedette. En effet, dotée d'avantages évidents dont elle use avec bonne grâce, Elke Sommer devient vite une valeur sûre des sixties, oscillant entre les polissonneries de Max Pecas («De quoi te mêles-tu, Daniela ?» en 1961, «Douce violence» en 1962) et les co-productions policières européennes («Les hommes de Las Vegas», 1968).

Hollywood lui fait bientôt les yeux doux et la propulse successivement dans les bras de Paul Newman («Pas de lauriers pour les tueurs», 1963), Glenn Ford («Piège au grisbi», 1965) ou encore Dean Martin («Matt Helm règle ses comptes», 1968).

Si sa carrière française fut moins développée, elle laissa pourtant quelques bons souvenirs à Daniel Ceccaldi («Les bricoleurs», 1962), après avoir alimenté les fantasmes d'un Christian MarquandChristian Marquand («Un chien dans un jeu de quilles», 1962) qui en avait pourtant consommé beaucoup d'autres.

Pin Up: Elke Sommer
Pin Up: Elke Sommer
Pin Up: Elke Sommer
Pin Up: Elke Sommer
commentaires

Pin Up: Julie Ege

Publié le 27 Mars 2017 par bigwhy dans pin up, norvege, 60's, 70's

Pin Up: Julie Ege

Julie Ege naquît le 12 novembre 1943 à Sandnes, en Norvège.
Elle débuta sa carrière en 1967.
Elle fut marié à trois reprises pour de courtes durés.
Il y a peu d'information à ce sujet.
Après sa courte carrière qui la décevait, elle devint infirmière dans son pays
Elle s'éteignit d'un cancer le 29 avril 2008 à Olso, en Norvège.
Elle était âgée de 64 ans.

”je tourne à Londres mon quatorzième film qui sera aussi mauvais et ennuyeux que les 13 précédents, je ne sais pas pourquoi, mais je ne tourne que des films abominablement rasoirs...Mais comme personne ne va les voir, ce n'est pas grave!“

” L'ennui que dégage mon dernier mari , Alf, est pyramidal! D'ailleurs c'est un dentiste, rien n'est plus triste qu'un dentiste, heureusement que nous vivons à 3 avec sa petite amie, comme ça on se partage la corvée!“

Pin Up: Julie Ege
Pin Up: Julie Ege
Pin Up: Julie Ege
Pin Up: Julie Ege
commentaires

Pin Up: SWEATER GIRLS

Publié le 10 Février 2017 par bigwhy dans pin up, 40's, 50's, 60's

Pin Up: SWEATER GIRLS
 
Le terme de "Sweater girl" est devenu populaire dans les années 1940 et 1950 pour décrire les actrices d'Hollywood comme Lana Turner, Jayne Mansfield et Jane Russell, qui ont adopté la mode populaire de porter des chandails serrés sur un soutien-gorge en forme de cône ou en forme de balle qui souligne leurs poitrines. Le terme était pratiquement synonyme de "pin-up girl". La tendance sweater girl n'était pas limitée à Hollywood et a été vue avec inquiétude par certains. En 1949, un surintendant de la police de Pittsburgh a même choisi la chandail de pull-over comme un symptôme du déclin moral de la jeunesse d'après-guerre.
 
 
L'apparition de Lana Turner dans le film de 1937 They Will not Forget dans un haut en tricot ajusté est parfois considérée comme le premier cas de la "Sweater girl, car les publicistes hollywoodiens ont cherché une phrase accrocheuse pour décrire l'impact qu'elle a faisaitt sur l'écran. Les magazines de films l'ont surnommée «The Sweater Girl».
Pin Up: SWEATER GIRLS
Pin Up: SWEATER GIRLS
Pin Up: SWEATER GIRLS
Pin Up: SWEATER GIRLS
Pin Up: SWEATER GIRLS
commentaires

Weird Vintage Cars: Vauxhall XVR (1966)

Publié le 30 Janvier 2017 par bigwhy dans weird cars, 60's, UK

Weird Vintage Cars: Vauxhall XVR (1966)

Elle était mignonne, la XVR. En 1966, David Jones - patron du style chez Vauxhall - s'était tout de même bien "lâché". 
Evidemment, les grincheux lui reprocheront une inspiration en droite ligne de la Cheetah et un porte-à-faux avant un poil exagéré.
Pour l'assemblage, on est plus près du kit-car que de chez Audi. 
Enfin, côté motorisation, sortez les mouchoirs : 71 chevaux ! Par comparaison, l'Opel GT (90 hp) ferait office de missile.

Weird Vintage Cars: Vauxhall XVR (1966)
Weird Vintage Cars: Vauxhall XVR (1966)
Weird Vintage Cars: Vauxhall XVR (1966)
Weird Vintage Cars: Vauxhall XVR (1966)
commentaires

Film à voir?: LES NUITS DE LUCRECE BORGIA de sergio Greco (1960)

Publié le 12 Décembre 2016 par bigwhy dans film, Bande annonce, pin up, rousse, italie, 60's

Film à voir?: LES NUITS DE LUCRECE BORGIA de sergio Greco (1960)

Encore un presque peplum, qui sous le couvert de l'histoire, nous montre des belles pin ups très légèrement vétues, ici 2 fameuses Rousses, Belinda Lee l'anglaise & Michele Mercier, notre angélique nationale!

Les Nuits de Lucrèce Borgia (titre original : Le notti di Lucrezia Borgia) est un film italo-français de Sergio Grieco sorti en 1959. Dans les Marches du XVe siècle, le capitaine Alberici se présente à la cour des Borgia, à Urbino. Très vite il tombe sous le charme de Diana d'Alva. Jalouse, Lucrèce Borgia les fait emprisonner tous les deux. Alberici parvient à s'échapper et à libérer Diana mais se retrouve face à César Borgia qui le provoque en duel...

Film à voir?: LES NUITS DE LUCRECE BORGIA de sergio Greco (1960)
Film à voir?: LES NUITS DE LUCRECE BORGIA de sergio Greco (1960)
commentaires

Pin Up: Gianna Maria Canale

Publié le 24 Octobre 2016 par bigwhy dans pin up, italie, 50's, 60's

Pin Up: Gianna Maria Canale

On n’a pas fini de parler du concours de « Miss Italie » 1947 et c’est fort bien ainsi.

Recalée, Silvana Mangano voit triompher Lucia Borloni, future Lucia Bose, ornée de sa première dauphine Gianna Maria Canale et de sa seconde dauphine Gina Lollobrigida.

Cinq ans plus tard, aucun producteur au monde ne sera plus assez riche pour réunir un tel casting!

Gianna Maria Canale, la première dauphine qui nous intéresse aujourd’hui est née en Calabre le 12 Septembre 1927. Jeune adolescente durant la guerre elle est à la fin des hostilités une très belle jeune femme avide enfin de vivre sans peur et sans honte. Elle fait partie de toute une génération assoiffée de vivre après les horreurs d’une guerre meurtrière et perdue. Sur le terreau d’une Italie en sang et en cendres Gina Lollobrigida, Sophia Loren et toutes les déesses de la décennie future se battent pour vivre après s’être battues pour simplement survivre.

Et Gianna, comme tant d’autres rêve à cette nouvelle gloire qui semble à portée de beauté, la gloire des fumetti, la gloire du cinéma.

Elle a été élue miss Calabre, c’est à ce titre qu’elle doit sa participation au concours de Miss Italie, Gianna a vingt ans. Elle a vingt ans et une beauté sidérale qui se double d’une classe innée qui vaut largement celle des icônes de VOGUE ou de Harper’s Bazaar.

Bientôt on considérera qu’elle symbolise magnifiquement la beauté romaine bien plus que la beauté italienne entachée paraît-il d’une certaine paysannerie que n’ont pas les déesses de la capitale.

Et lorsque Gianna rétorque qu’elle est calabraise on croit à une blague et on lui demande de ne pas proférer de telles sottises!

Lorsque Lucia fut couronnée miss Italie, il y eut un véritable tollé dans la salle car Gianna avait déjà des fans éblouis qui crièrent à l’outrage de concert avec ceux que Gina avait fascinés. Et parmi les défenseurs les plus acharnés de Gianna se trouvait le cinéaste Riccardo Freda.

Freda, né en 1909 en Egypte est un des faiseurs les plus actifs du cinéma populaire italien. Scénariste, acteur, réalisateur, producteur, il est respecté dans toutes ces disciplines comme un des meilleurs et ne se souciera jamais de l’avis des intellectuels de tous bords. Pour lui un film n’est réussi que si la salle est pleine! Il préfèrera toujours un péplum ou un film de vampires à un quelconque chef d’œuvre masturbatoire fût-il signé Antonioni.

Fasciné par « la belle au profil de médaille », il la prend sous son aile et fait d’elle sa muse et sa compagne malgré leurs dix-huit ans de différence d’âge.

« Je défie qui que ce soit de continuer à manger lorsque Gianna Maria Canale entre dans un restaurant » ainsi s’exprimait monsieur Freda, qui comme on le voit était également un excellent agent de publicité!

Ils tourneront treize films ensemble et ces treize films font l’essentiel de la carrière de Gianna.

Attention, lorsque je dis ceci, il ne faudrait pas croire que Gianna Maria Canale ait été une actrice chichiteuse ne daignant sortir de son lit en or qu’une dizaine de fois dans toute sa vie! Elle sera une actrice très prolifique et tout aussi populaire malgré cette beauté que l’on qualifiera souvent de « glaciale » ou « hautaine ». Elle va durant toute une décennie tourner des films très importants au rythme d’un film environ tous les trois mois!

Ce que je veux dire c’est que la sublime Gianna Maria, façonnée par Freda comme une sorte d’Hedy Lamarr italienne fera pour les autres réalisateurs qui feront appel à ses services, le travail que son mentor lui a montré et appris. Elle ne s’aventurera jamais sur les pentes savonneuses du film d’auteur ou de grand génie. Elle n’est pas une actrice « d’art et d’essai » Gianna Maria paraît dans les grandes épopées bibliques ou péplumesques en technicolor, dans de tristes mélos intimistes où elle est belle est courageuse en noir et blanc et ne déteste pas s’afficher avec quelques vampires ou quelques espions.

Si on ne la retrouve pas chez Fellini ou Godard, on la retrouve dans « Madame du Barry » de Christian Jacque ou dans Napoléon de Guitry. Elle est et entend rester une actrice de prestige dans des films qui feront courir le public et ne dérogera jamais à cette règle. Qu’elle tourne pour le cinéma italien, français, allemand ou américain et dans des rôles de grandes dames ou de beautés fatales uniquement. Ce n’est certes pas un hasard si elle sera la reine des amazones…deux fois!

En 1964, Gianna termine en grande vedette le tournage du « Pont des Soupirs » et s’enferme parmi ses antiquités rares, faisant de son appartement romain sa tour d’ivoire. Sans même se fendre d’une déclaration elle se retire définitivement de la vie publique.

Elle sera une des rares véritables retirées en pleine gloire du cinéma. Gianna Maria Canale ne fut pas de ces stars retirées des affaires qui se forgèrent une silhouette reconnaissable entre mille et hantant les rues et les aéroports 24h sur 24 se plaignant d’être repérées par des importuns.

Elle ne dérogera jamais à sa règle de l’ombre et du silence jusqu’à sa fin forcément discrète le 13 Février 2009 dans le petit village de Sutri.

 

Pin Up: Gianna Maria Canale
Pin Up: Gianna Maria Canale
Pin Up: Gianna Maria Canale
Pin Up: Gianna Maria Canale
commentaires

Pin Up: Jean Shrimpton

Publié le 26 Septembre 2016 par bigwhy dans pin up, UK, 60's

Pin Up: Jean Shrimpton

Sex-fan des sixties & du swinging london?

À la même époque que Twiggy, la Britannique Jean Shrimpton est devenue elle aussi une figure emblématique du Swinging London à travers ses activités de mannequin.

Elle a fait la couverture des magazines les plus prestigieux tels que Vogue, Harper's Bazaar, Vanity Fair, Glamour, Elle ou le Time. Son joli minois a marqué les esprits avec sa frange, ses yeux de biche, ses longs cils et sa moue un rien boudeuse.

Si Twiggy faisait référence à une brindille, Jean Shrimpton était surnommée « the Shrimp », signifiant la crevette, en raison de sa silhouette élancée et de ses longues jambes ! En 1963, elle a obtenu le titre de « Model of The Year » de la part du magazine Glamour.

Pin Up: Jean Shrimpton
Pin Up: Jean Shrimpton
Pin Up: Jean Shrimpton
Pin Up: Jean Shrimpton
commentaires

Pin Up: Sophia Loren

Publié le 5 Septembre 2016 par bigwhy dans pin up, vintage girl, 50's, 60's, italie

Pin Up: Sophia Loren

La bombe italienne qui a ravagé le coeur des hommes, incarne encore mineure, le role assez dénudé de Cléopatre, il est vrai quelle avait la silhouette d'un sex symbol, mais aussi et surtout des yeux & un regard à couper le soufle, Mama Mia!

Très fière de ses racines napolitaines, elle clame lors d'un interview accordé à Barbara Walters « Je ne suis pas italienne, je suis napolitaine, c'est très différent ! »

Fille illégitime de l'ingénieur Riccardo Scicolone, Sofia Scicolone passe une enfance et une jeunesse difficiles à Pouzzoles, à une quinzaine de kilomètres de Naples, avec sa mère, Romilda Villani, professeur de piano etsosie de l'actrice Greta Garbo, et sa sœur Anna Maria.

Le sex-appeal c'est pour 50% ce que vous avez et pour 50% ce que les gens pensent que vous avez.

Pin Up: Sophia Loren
Pin Up: Sophia Loren
Pin Up: Sophia Loren
Pin Up: Sophia Loren
Pin Up: Sophia Loren
Pin Up: Sophia Loren
commentaires

Pin Up: Lily Munster

Publié le 17 Août 2016 par bigwhy dans pin up, vintage girl, vampire, trash, 60's

Pin Up: Lily Munster

Pour nous apporter le frisson, en cette période caniculaire, on va parler de...........vampires. au menu de la musique, des films, des livres, des oeuvre d'arts & des pin ups.

Lily Munster , comtesse de Shroudshire (née Dracula ) , est un personnage fictif dans la série des 60's , The Munsters , joué à l'origine par Yvonne De Carlo . C'est la matriarche de la famille Munster , Lily est une vampire . Lily est née en 1827 de Sam Dracula ( grand-père ) et sa femme 166e (appelé seulement comme " grand-mère " ) . Elle vivait avec grand-père pendant un certain temps en Transylvanie avant de rencontrer Herman Munster et de se marier lui en 1865. Elle , son grand-père , et Herman ont émigré en Amérique peu avant le milieu des années 1940 et a adopté l'enfant de sa sœur , Marilyn . Au milieu des années 1950, elle a donné naissance à Eddie , elle et l'enfant unique de Herman .

C'est un peu le modèle indépassable de toutes les filles gothiques!

Pin Up: Lily Munster
Pin Up: Lily Munster
Pin Up: Lily Munster
commentaires

Pin Up: Chelo Alonso

Publié le 20 Juin 2016 par bigwhy dans pin up, vintage girl, 60's, peplum

Pin Up: Chelo Alonso

Dans les années 60, il n'y avait pas de Quota, pour les actrices & acteurs de couleurs! Celle la c'est une magnifique exception, Caramba!

Chelo Alonso (de son vrai nom Alicia Isabella Garcia ou Alicia Ernestina de la Caritad Hoyo) est une actrice cubaine née à Central Lugareno le 10 avril 1933.

Elle commence sa carrière comme danseuse aux Folies Bergère. Actrice sculpturale, elle connut son heure de gloire à l'époque du péplum, dans l'Italie des années 1960.

Pin Up: Chelo Alonso
Pin Up: Chelo Alonso
Pin Up: Chelo Alonso
commentaires
1 2 3 4 > >>