Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Cleopatra: Un peu d'Art (30)

Publié le 23 Juin 2017 par bigwhy in cleopatra, art

Cleopatra: Un peu d'Art (30)

Une première livraison 'd'oeuvres sur la dernière reine d'egypte (il y en aura plein d'autres car elle a inspiré énormément d'artistes peintres!).

Il existe deux Cléopâtre. L'une fut la dernière reine d'Egypte. Ambitieuse et habile, elle n'hésita pas à devenir la maîtresse de Jules César, puis celle de l'héritier de ce dernier, Antoine, pour asseoir son pouvoir. Vaincue par Octave à Actium, en trente et un avant notre ère, elle préféra se donner la mort plutôt que de paraître au triomphe de son rival. 
   Ce suicide donna aussitôt naissance à la seconde Cléopâtre, celle de la légende. Quelques années seulement après sa disparition, dans le tout jeune Empire romain, son nom devint l'équivalent des "délices de Capoue" d'Hannibal. Il fut synonyme de passion ; or les auteurs anciens préconisaient  d'éviter cette dernière pour atteindre la paix de l'âme. Les aventures de la belle s'étoffèrent : on racontait qu'elle s'était donné la mort en se faisant piquer par un aspic caché dans une corbeille de fruits. Qu'elle possédait un nez d'une beauté toute particulière. Qu'elle avait même parié, un jour, avec Antoine, pouvoir organiser un festin coûtant plus de dix millions de sesterces. Pour gagner, elle aurait servi à son amant un repas frugal avant de lui faire boire sa plus grosse perle, dissoute dans du vinaigre. La religion chrétienne ne réhabilita pas cette païenne suicidée, mais la Renaissance se passionna pour cette héroïne de roman. Dante l'installa, en bonne compagnie, dans le deuxième cercle de l'Enfer de sa Divine Comédie, celui de ceux qui ont péché par la chair. Corneille en fit une criminelle dans Rodogune. Même Pascal en eut vent : il lui dédia trois de ses Pensées, dont le célèbre fragment 392 : "Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé." L'objectif : faire comprendre aux libertins que l'homme est si vaniteux et misérable qu'il peut être mené par ses passions. (Pour s'améliorer, une seule solution : la conversion.) Ne nous y trompons pas : en peignant Cléopâtre, les artistes, et particulièrement ceux apparentés au baroque, n'illustrent pas seulement l'une des plus fameuses histoires de l'Antiquité. Ils rappellent à leurs spectateurs que la condition humaine est par nature misérable.

Cleopatra: Un peu d'Art (30)
Cleopatra: Un peu d'Art (30)
Cleopatra: Un peu d'Art (30)
Cleopatra: Un peu d'Art (30)
Cleopatra: Un peu d'Art (30)
Cleopatra: Un peu d'Art (30)
Commenter cet article