Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Bookcrossing: LES FORBANS DE CUBA de Dan Simmons

Publié le 29 Avril 2017 par bigwhy in livre, espionnage, biographie

Bookcrossing: LES FORBANS DE CUBA de Dan Simmons

 En 1942, l’agent spécial Joe Lucas est convoqué par J. Edgar Hoover, le tout-puissant patron du FBI. Celui-ci lui confie une mission bien singulière : il doit se rendre à Cuba où l’écrivain américain Ernest Hemingway s’est mis en tête de créer un réseau de contre-espionnage qu’il a baptisé l’usine à forbans. Lucas doit lui servir de conseiller technique tout en surveillant ses activités. 
De prime abord, cette mission ressemble à une voie de garage pour Lucas. Hemingway et ses acolytes forment une bande de joyeux amateurs inoffensifs qui rêvent de capturer des espions nazis et même un sous-marin allemand ! Mais, ce qui à première vue ressemble plutôt à une mascarade révèle peu à peu des dessous troublants, et l’agent du FBI ne tarde pas à s’inquiéter d’une situation beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraissait de prime abord. Le réseau d’amateurs d’Hemingway soulève en effet bien des questions inattendues…

Les Forbans de Cuba mêle allégrement la réalité historique à la fiction. Le personnage de Joe Lucas, qui fait office de narrateur, assure le lien entre ces deux facettes du roman. Dan Simmons nous plonge vraiment dans l’époque qu’il décrit, en évoquant la vie de famille d’Hemingway « comme si l’on y était » . Réceptions, ballades en bateau, réflexions sur l’écriture, Dan Simmons ne nous épargne absolument aucun détail, mais sans jamais nous lasser. L’alternance de ces parties quasi biographiques centrées sur la personnalité d’Hemingway avec celles dévolues au personnage de Joe Lucas, plus mouvementées dans la tradition du roman d’espionnage, atteint un parfait équilibre. L’intrigue imaginée par Dan Simmons pour coller au plus près des faits historiques est très astucieuse, et l’auteur s’est visiblement beaucoup amusé à ce petit jeu. Ainsi, outre Hemingway, de nombreux autres personnages historiques font une apparition dans le roman, à commencer par J. Edgar Hoover qui donne lieu dès le début à un vrai morceau d’anthologie. Mais on croise aussi au gré du récit Marlene Dietrich, Gary Cooper ou Ingrid Bergman. Quant à Ernest Hemingway, figure centrale du roman et véritable moteur du livre, c’est un personnage exubérant, flamboyant, fantasque, colérique, mais surtout énigmatique. Et cette personnalité complexe que Joe Lucas s’efforce de cerner restera jusqu’au bout un mystère insaisissable. 

Dan Simmons nous livre une nouvelle fois une oeuvre riche et touffue, mais dont la lecture est d’une limpidité exemplaire. Un petit détail tout de même : Il s’agit d’un roman d’espionnage. Ici pas la moindre trace de science-fiction ni de fantastique. Qu’importe, c’est un très bon bouquin, et c’est l’essentiel, non ? Il faut même saluer l’aisance avec laquelle l’auteur se joue des étiquettes et passe avec bonheur d’un genre à l’autre.

Commenter cet article