Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

One track a day: YAMMI MATEBKICH by Moulay Ahmed El Hassani

Publié le 9 Août 2016 par bigwhy in musique, video, world music, folk, maroc

One track a day: YAMMI MATEBKICH by Moulay Ahmed El Hassani

C'est prodigieux comme la musique peut parfois cristalliser les souvenirs! j'ai eu la chance de séjourner, plusieurs fois, longuement au Maroc, un pays que j'aime particulièrement. J'aime les gens, la culture, la nourriture & aussi la musique locale, ou plutot les musiques car il y en a beaucoup, toutes très spécifiques: Arabo/ Andalouse (le classique de la bas!) Chaabi (populaire) Gnawa (trance des esclaves) et Amazighe ( folk berbère).

C'est a cette dernière qu'appartient Moulay Ahmed El Hassani, musicien & chanteur de Beni Mellal (centre du maroc). La musique berbère est planante & mélancolique, elle laisse beaucoup de place au Banjo! Yammi Matebkich, est certainement, son titre le plus connu, c'est un hommage à sa mère (& à toutes les mères) qui en Afrique & particulièrement chez les berberes sont vraiment les "Piliers de la case!".

A chaque fois que je l'entends, je ferme les yeux & j'y suis........... pour Ma mère, pour Claire qui l'a fredonnai sans arrèt, pour les amis marocains dont l'authenticité me manque... Bismillah!

One track a day: YAMMI MATEBKICH by Moulay Ahmed El Hassani

Les Berbères (en berbère: plu.: Imaziɣen / ⵉⵎⴰⵣⵉⵗⴻⵏ / ⵉⵎⴰⵣⵉⵖⴻⵏ, sing.: Amaziɣ / ⴰⵎⴰⵣⵉⵗ / ⴰⵎⴰⵣⵉⵖ) sont un ensemble d'ethnies, peuples et civilisations autochtones d'Afrique du Nord. Connus dans l'Antiquité sous les noms de Libyens (peuples libyques), Maures, Gétules, Garamantes et Numides. Ils connurent ensuite la conquête romaine, la christianisation, l'invasion vandale, la conquête oumayyade-arabe, la conversion à l'islam. Les Berbères avaient eux mêmes aussi conquis des territoires comme le Grand Sahara, la péninsule Ibérique et l'Égypte.

Durant l'ère hellénique, ils étaient appelés par les Grecs « Libyens » et leur terre « Libye » s'étendait du Marocactuel aux frontières ouest de l'Égypte antique. L'Égypte moderne comprend l'oasis de Siwa, région berbérophone, qui fit historiquement partie de la Libye antique.

L'équivalent en berbère est Imazighen (Imaziγen), pluriel de amazigh, dont l'étymologie n'est pas connue avec certitude. Selon une version fréquente, il aurait le sens d'« Homme libre ». Cependant, l'utilisation actuelle du verbe "Zegh" (se rebeller, sévir) dans certains dialectes, figuig par exemple, pourrait faire penser plutôt au mot rebelle. Une rébellion néanmoins organisée, vue le rattachement du préfixe /m/ au verbe, ce qui donnerait "mzegh" comme racine. Ce dernier radical est synonyme de se rebeller en compagnie de quelqu'un (en groupe). Citons encore le verbe m-n-zegh formé du radical (Zegh) et de la combinaison de deux préfixes /m/ et /n/ qui lui, veut dire rouspéter, être récalcitrant, et/ou ne pas se conformer aux ordres. Cependant, d'après Ibn Hazm et Ibn Khaldoun, le mot Amazigh désignerait le patriarche du peuple berbère, dans la généalogie établie par ces deux historiens.

La question de l’origine des Berbères s’est posée tout au long de l’histoire de l’Afrique du Nord.

Selon les récits de l'Antiquité, notamment Hérodote (v. 484425 avant notre ère) dans son écrit L'Enquête (en grec ancien Ἱστορίαι / Historíai), relatant les informations collectées pendant ses voyages en Afrique du Nord, les Libyens (terme générique pour Nord-Africains) se disaient descendre des Troyens. Il les plaçait dans la partie septentrionale de l'Afrique, dans les montagnes de l’Atlas (Enquête, IV, 184-185). Par ailleurs, toujours selon le livre d’Hérodote, le terme de « Maxies » était utilisé par les Africains pour se dénommer. Hérodote compte parmi eux les « Atlantes » .

Diodore de Sicile aussi a consacré plusieurs paragraphes de son Livre Trois (LIV-LV) à un peuple d’« Atlantes » qu’il situe « à l’'extrémité de l'Afrique » et qu’il présente comme « arrivé à un assez haut degré de puissance et de civilisation ». Il place leur histoire aux temps légendaires de la mythologie et y voit l’origine de nombreux dieux ; par ailleurs ces « Atlantes » doivent faire face à leurs « voisins » les « Gorgones » et sont vaincus par les « Amazones ». Pour Maurice Euzennat, même si l’on peut rapporter phonétiquement les noms grecs d’« Amazones » et de « Gorgones » aux mots Imazighen et Garamantes, ce voisinage des « Atlantes » avec les « Gorgones » et les « Amazones » montre surtout que l’on est dans le domaine de la légende, dans une description de peuples irréels, loin d’une connaissance véritable de l’extrémité ouest de l’Afrique.

Au Moyen Âge, les thèses s'appuyent sur des récits bibliques et sur des références historiques comme Ibn Khaldoun : elles donnent alors à ce peuple une originechamitiques.

Aux xixe et xxe siècles, plusieurs auteurs lui attribuèrent une origine européenne et nordique.

Commenter cet article