Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

Bookcrossing: UN LIEU INCERTAIN de Fred Vargas

Publié le 24 Août 2016 par bigwhy in livre, polar, vampire, france, fantastique

Bookcrossing: UN LIEU INCERTAIN de Fred Vargas

Pour nous apporter le frisson, en cette période caniculaire, on va parler de...........vampires. au menu de la musique, des films, des livres, des oeuvre d'arts & des pin ups.

Dix-sept pieds coupés, encore chaussés, retrouvés devant le célèbre cimetière londonien d'Highgate, où repose, entre autres, Karl Marx. C'est le point de départ de la nouvelle intrigue policière imaginée par Fred Vargas pour son dixième roman, Un lieu incertain, publié aux éditions Viviane Hamy. Son fidèle commissaire, Jean-Baptiste Adamsberg, est amené à sillonner l'Europe pour élucider ce mystère des pieds coupés : de Londres à la banlieue bourgeoise de Garches (Hauts-de-Seine), en passant par la Serbie sur les traces d'un vampire.

"Ce sujet [les vampires] me fascine. Il est extrêmement chargé, mais l'humanité n'arrive pas à s'en débarasser depuis trente mille ans", a expliqué l'écrivain dans un entretien publié le 19 juin dansL'Express. Elle explique avoir lu Dracula de Bram Stoker à l'âge de 13 ans mais a finalement choisi de s'inspirer de l'histoire vraie de Peter Plogowitz. Ce Serbe a été exhumé en 1725 dans un petit village car certains soupçonnaient qu'il soit devenu un vampire.

Dans Un lieu incertain, Fred Vargas a souhaité donner une place importante aux langues étrangères – un courrier en allemand est découvert, des lettres cyrilliques rythment l'enquête – et à la figure du bouc émissaire. "Cette nécessité de voir le mal qu'on ne comprend pas incarné par une personne ou une organisation désignée me paraît l'une des choses les plus terribles de l'humanité", justifie l'archéozoologue de formation.

Son dixième opus, publié deux ans après Dans les bois éternels, n'échappe pas à l'exploration du thème de la catharsis, une constante chez elle. "Le roman policier est la mise en scène des contradictions qui nous font souffrir, de notre peur de la mort, de la dureté de la vie, de notre méchanceté et de nos mauvais sentiments qui peuvent nous amener à vouloir tuer", défend-elle. La romancière continue également de rapprocher cette "charge cathartique" du roman policier à énigme de celle du conte pour enfants : "on se raconte une histoire pour purger l'inconscient collectif".

Mais commençons par le début, où l’on ne trouve pas encore de vampires. Nous retrouvons ces attachants personnages, au portrait si peu réaliste, portes d’entrée en soit dans le monde parallèle d’un certain polar : Adambsberg à la pensée erratique et percutante, désormais coupable d’une paternité (voir précédents, il s’agit d’un de ces livres avec notice en bas de page), Danglard, l’érudit et tous ces personnages, satellites mouvants, eux-mêmes bâtisseurs de la trame, pour beaucoup membres de la brigade d’Adamsberg.

Mettez les personnages principaux dans un train en direction d’un colloque international de la police se déroulant à Londres et Vargas a déjà amorcé son intrigue. Tandis que Danglard est distrait par un coup de foudre, Adambsberg se voit attiré à l’entrée du cimetière de Highgate (nous y voilà !) par un lord loufdingue et y découvre de vieilles chaussures datant de plusieurs décennies… avec les pieds qui vont avec, coupés à hauteur des chevilles !
L’affaire n’échoit bien entendu pas à la police française, mais le retour au bercail n’est pas des plus routiniers, puisque la brigade se retrouve aussitôt sur les lieux d’un meurtre effroyable : du corps il ne reste que bouillie, répartie dans tout le salon.

Ce qui est appréciable pour le lecteur habitué aux histoires de vampires, c’est que Vargas a su creuser assez le folklore de l’Est pour nous le re-servir avec subtilité. Nous ne décelons pas de prime abord les mobiles, les raisons, même si le meurtrier peut se deviner rapidement. En fait, un adepte du mythe vampirique sera certainement encore mieux tenu en haleine que le lecteur naïf dans ce domaine, dans la mesure où, nous autres monomaniaques de la canine, attendons de voir à quel point l’auteur saura se servir jusqu’au bout du mythe avec justesse.

Bookcrossing: UN LIEU INCERTAIN de Fred Vargas
Commenter cet article