Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Fanzine Enthousiaste & Curieux

Weird Vintage Cars: Tucker Torpedo

Publié le 19 Juillet 2016 par bigwhy in weird cars, 50's, USA, film, film complet, VO, biographie

Weird Vintage Cars: Tucker Torpedo

Réalisé 40 ans après le lancement raté de la Tucker Torpedo, Le film "Tucker, un homme & son rève" m'a fait découvrir une histoire fascinante sur l’industrie automobile, mais aussi sur un personnage visionnaire & incompris, profondément en avance sur son temps. La Torpedo n'est que l'exemple plus connu de sa production ( je vous montrerais prochainement les autres!)

Preston Tucker – Homme de mécanique
Bien sûr, au-delà de la voiture, existait d’abord un homme plein d’idées, entrainé par sa passion. Ainsi, même si Preston Thomas Tucker a donné beaucoup de son temps aux forces de l’ordre (à titre de policier), c’est sa passion pour la mécanique qui l’a emportée. Passionné de voitures depuis son tout jeune âge, il acquiert de vieilles voitures dès l’âge de 16 ans, qu’il retape pour son bon plaisir. Peu de temps d’après, il est déjà à l’emploi de la Cadillac Motor Company de Detroit, où il travaille à titre d’homme d’usine. Au fil des ans, il travaillera sur l’une des chaines de montage de la Ford Motor Company, pour ensuite vendre des Studebaker, des Dodge, des Pierce Arrow, et même des Stutz.

Tucker s’impliquera également très fortement dans les fameux 500 miles d’Indianapolis, où il travaillera avec son bon ami Henry Miller, au perfectionnement de plusieurs éléments mécaniques des voitures de course. C’est aussi à Indianapolis qu’il fera la rencontre des frères Chevrolet, qui contribueront plus tard au développement de la Tucker Torpedo 1948.

Après la guerre…la sécurité
C’est suite au développement du Tucker Combat Car et d’une tourelle de combat militaire que Preston Tucker se lance dans l’élaboration d’une voiture dite futuriste. Il faut dire qu’au milieu des années 40, le développement automobile est à l’arrêt quasi complet, puisque le pays monopolise alors ses énergies dans la fabrication d’armement militaire. Il s’agissait donc d’une occasion en or pour un individu aussi opportuniste, sachant qu’il pourra prendre une longueur d’avance sur les grands manufacturiers automobiles.

Preston Tucker souhaite donc offrir une voiture performante, efficacement sur le plan énergétique, mais également plus sécuritaire que toute autre automobile vendue en Amérique du Nord.

Équipée d’un moteur à six cylindres de type Boxer originalement développé pour de l’équipement aérien, la voiture se dote aussi d’un phare central directionnel, d’un pare-brise éjectable, de freins à disques, d’un tableau de bord rembourré et de ceintures de sécurité. Sur le plan de l’ingénierie, on se démarque aussi par une suspension indépendante aux quatre roues et par une ligne à ce point aérodynamique qu’elle pourrait même se comparer avantageusement à celle de plusieurs voitures contemporaines. Cette dernière contribue d’ailleurs à ses aptitudes routières, puisqu’en plus d’être rapide, la voiture propose une meilleure maniabilité que la plupart de ses rivales.

Conspiration contre la révolution
Bien sûr, l’annonce de l’arrivée sur le marché d’une automobile aussi élégante que révolutionnaire ne fait pas le bonheur des grands constructeurs américains. Et puisque ceux-ci bénéficient de l’aide des gouvernements de plusieurs façons, ils possèdent tout le pouvoir nécessaire pour mettre des bâtons dans les roues d’un individu dont les moyens financiers sont loin d’être aussi élevés que ses ambitions.

On fera donc tout à Detroit pour que la Tucker, qui doit être construite dans ce qui constitue la plus grande usine de Chicago, ne puisse voir le jour. L’accès à l’acier deviendra ainsi une embûche sérieuse, tout comme le manque de soutien de certains membres de la direction de la Tucker Corporation, qui iront même jusqu’à porter des accusations de nature criminelle contre Preston Tucker. On mettra notamment sur table une utilisation frauduleuse de fonds des investisseurs et des futurs concessionnaires.

Ainsi, on parviendra à stopper la production des voitures après que seulement 37 d’entre elles n’aient été construites. Or, le contrat de la Tucker Corporation stipule qu’il faut assembler un minimum de 50 véhicules un an après la date de possession de l’usine, pour atteindre le statut de constructeur automobile. Tenace, Preston Tucker réussira à convaincre quelque 300 employés (la plupart sans salaire) d’assembler à la main les 13 voitures manquantes. L’exercice sera réussi, mais on aura tout de même raison de l’entreprise qui sera détruite en raison de mauvaise publicité entourant le procès de M. Tucker.

Fait intéressant, après l’acquittement de Preston Tucker aux accusations de détournement de fonds, de publicité mensongère, d’atteindre aux règlements de la commission sur la surveillance de la bourse et d’escroquerie, il invite les jurés à prendre place à bord des huit Tucker stationnées devant le palais de justice. Il prouvera ainsi que la voiture est belle et bien réelle, et qu’il s’agit d’un modèle révolutionnaire. Ainsi, à défaut de pouvoir poursuivre son aventure en construisant des milliers de voitures, Preston Tucker connaîtra néanmoins son heure de gloire.

L’après-Tucker…
D’une rare beauté, la Tucker constitue non seulement une des voitures les plus importantes de l’histoire automobile nord-américaine, mais aura aussi eu une influence des plus importantes pour le développement des voitures d’après guerre, à l’échelle mondiale. À preuve, les ceintures de sécurité ont toujours leur place aujourd’hui, tout comme les freins à disques et les phares directionnels, qui sont même toujours considérés comme une caractéristique de luxe, plus de 60 ans après.

Weird Vintage Cars: Tucker Torpedo
Weird Vintage Cars: Tucker Torpedo
Weird Vintage Cars: Tucker Torpedo
Weird Vintage Cars: Tucker Torpedo

(film complet VO)

Commenter cet article