Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

Pin Up: Joi Lansing

Publié le 29 Juin 2016 par bigwhy in pin up, vintage girl, 50's, 60's, USA

Pin Up: Joi Lansing

Joi Lansing naquit Joy Brown à Salt Lake City, Utah, le 6 avril 1928 de Jack Glenn Brown, un vendeur de chaussures et Virginia Grace Shupe, une femme au foyer. Elle devait plus tard être connue sous le pseudonyme de Joyce Wassmansdorff, qui était le nom de son beau-père. La famille déménagea à Los Angeles en 1940. Adolescente, elle commença à servir de modèle et à 14 ans, signa un contrat avec la MGM. Elle termina ses études secondaires à l’école du studio.
Actrice et mannequin, Joi Lansing était souvent castée dans des rôles similaires à ceux joués par ses contemporaines, Jayne Mansfield et Mamie Van Doren. Elle était souvent habillée dans des tenues très collantes et des bikinis qui mettaient en valeur ses formes généreuses, mais elle ne posa jamais nue. Joi Lansing pratiquait le yoga pour se relaxer et était une mormonne convaincue qui ne buvait et ne fumait pas.
La carrière de Joi Lansing commença en 1948, et en 1952 elle décrocha un rôle non crédité dans un film de la MGM, Chantons sous la pluie. Son nom figura en haut de l’affiche de Hot Cars (1956). Dans la première scène du film d’Orson Welles, La Soif du Mal (1958), elle interprétait Zita, la danseuse qui mourait à la fin de la célébre première scène de poursuite, tout en criant à un garde frontière, "Je continue d’entendre ce bruit d’horloge dans ma tête!" Joi Lansing eut un bref rôle, celui de la petite amie d’un astronaute dans le film de science-fiction de 1958, Queen of Outer Space. Durant les années 1960, elle fut la vedette de courts films musicaux pour le système des vidéo-jukebox, appelés Scopitone. Parmi ses chansons, figuraient "The Web of Love" et "The Silencers".
En 1964, le producteur Stanley Todd discuta d’un projet de tournage avec Joi Lansing, provisoirement intitulé Project 22, avec des tournages prévus en Yougoslavie et avec en vedettes, George Hamilton et Geraldine Chaplin. Le film ne fut jamais réalisé.
Joi Lansing incarna "Lola" dans Les Inséparables (1965) avec une distribution qui comprenait Frank Sinatra, Deborah Kerr et Dean Martin. Elle était auparavant apparue dans un autre film avec Frank Sinatra, Un trou dans la tête et une comédie avec Dean Martin, Qui était donc cette dame ? Elle refusa la chance qui lui fut donnée de remplacer Jayne Mansfield dans The Ice House (un film d’horreur) et à la place apparut dans Hillbillys in a Haunted House, en remplacement de Mamie Van Doren. Son dernier film fut Bigfoot (1970).
Joi Lansing apparut dans The Adventures of Wild Bill Hickok, It's a Great Life, I Love Lucy, Where's Raymond?, Noah's Ark, State Trooper, The People's Choice, Richard Diamond, Private Detective, Sugarfoot, Bat Masterson, This Man Dawson, Maverick, Petticoat Junction, The Mothers-in-Law, The Adventures of Ozzie and Harriet et eut un rôle récurrent dans The Beverly Hillbillies.
Elle figura parmi plusieurs actrices et mannequins glamour qui auditionnèrent pour le rôle de Sheena, Queen of the Jungle; parmi les autres compétitrices se trouvaient Debra Paget, Anita Ekberg, Laurette Luez et la strip-teaseuse Lilly Christine. Le rôle échut finalement à Irish McCalla.
En 1957 elle incarna Vera Payson dans un épisode de Perry Mason, intitulé "The Case of the Crimson Kiss." Elle est peut-être surtout connue pour son rôle de Shirley Swanson dans Le Bob Cummings Show ou Love That Bob (1956–1959). Elle y apparut dans plusieurs épisodes dans le rôle d’une mannequin à forte poitrine qui était une mine d’or pour le photographe, Bob Collins, interprété par Bob Cummings. La série compta 173 episodes. Elle apparut aussi dans le rôle titre de Superman's Wife, un épisode de 1958 de The Adventures of Superman.
Ce qui fut ironiquement le meilleur rôle de Joi Lansing fut probablement le dernier que l’on ait vu d’elle —le rôle principal de The Fountain of Youth, un épisode pilote invendu, honoré par l’octroi d’un Peabody Award, réalisé par Orson Welles pour la Desilu en 1956 et diffusé à une seule occasion au Colgate Theatre, deux ans plus tard. Ce film d’une demi-heure reste accessible à la vue du public au Paley Center for Media de New York City et Los Angeles.
Durant la saison 1960-1961 de la série western Klondike, Joi Lansing apparut dans le rôle de Goldie avec Ralph Taeger, James Coburn et Mari Blanchard. En 1960, elle apparut dans le rôle d’un personnage sans nom dans l’épisode intitulé "Election Bet" de la série Bonne chance, Mr. Lucky. En mai 1963, Joi Lansing apparut dans Falcon Frolics '63. L’émission honorait les hommes stationnés sur la Vandenberg Air Force Base. Avant 1956, elle avait figuré au générique de plus de 200 émissions télévisées.
Elle apparut dans 5 épisodes de The Beverly Hillbillies dans le rôle de "Gladys Flatt," l’invraisemblable épouse glamour du musicien de bluegrass Lester Flatt.
Elle prétendit qu’ Ozzie Nelson était l’acteur qui avait le plus de sex appeal parmi tous ceux avec qui elle avait travaillé. Les deux protagonistes interprétèrent une scène d’amour au Fireside Theater drama. Le show était organisé par Jane Wyman. Joi Lansing était quelquefois surnommée la Marilyn Monroe de la télévision.
Joi Lansing fit son apparition dans le divertissement en night club en 1965. Elle avait repris le chant au cours d’une grève d’acteurs au début des années 1960. En mai 1965, elle enregistra son premier album. Il fut composé d’une suite de chansons conçues spécialement pour elle par le compositeur Jimmie Haskel et l’actrice Stella Stevens. Joi Lansing se produisit au Fiesta Room de Las Vegas, Nevada, en juillet 1966. Figuraient également à l’affiche Red Buttons et Jayne Mansfield.
Le 7 août 1972 Joi Lansing décéda d’un cancer du sein au St. John's Hospital de Santa Monica, California où elle avait été initialement traitée chirurgicalement plus tôt dans l’année. Elle est enterrée au Santa Paula Cemetery de Santa Monica.

Pin Up: Joi Lansing
Pin Up: Joi Lansing
Pin Up: Joi Lansing
Pin Up: Joi Lansing
Commenter cet article