Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt

Publié le 28 Juin 2016 par bigwhy in musique, video, dub, digital, electro, allemagne, label, internet, facebook

One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt

Ne venant pas du reggae à la base mais de la scène électro, Jan Gleichmar (aka Disrupt) baigne à ses débuts dans la techno minimale, celle de Detroit, et écoute également beaucoup de labels tels que Basic Channel, Mille Plateaux ou Force Inc. C’est dans un magasin de musique électronique réputé où il travaille, qu’il découvre le label Rhythm & Sound et aussi l’intégralité du catalogue Wackies (dont il s’inspirera régulièrement par la suite) par le biais des rééditions du label Basic Channel. A la fois fasciné par la construction rythmique et la puissance du dub, il tombe littéralement sous le charme et s’oriente, au début des années 2000, vers la scène reggae/dub digital. A l’époque, il ne dispose évidemment pas de studio, et il fabrique ses riddims avec les moyens du bord, essentiellement des ordinateurs de la « grande époque » comme le Commodore 64, l’Amiga 500 ou encore l’Atari ST dont le nom de son futur label s’inspirera. (Jahtari)

Premier album de Disrupt, l’EP Fistful Of Dub (référence évidente au film A Fistful Of Dollars de Sergio Leone, 1964), distribué sur le netlabel Phonocake en mai 2004, contient une sélection de ses premières productions dub digital. Gateless Barrier ouvre le bal avec sa ligne de basse planante, suivi par Dont Talk – Shoot, un dub bien roots qui s’ouvre sur la mélodie bien connue d’un autre classique de Sergio Leone sorti en 1966, à savoir The Good, The Bad And The Ugly. Le morceau Argumentest une refonte du terrible morceau du même nom de Jah Batta paru sur le label new-yorkais Wackies. Holy Mount Zion revisite quant à lui le légendaire Drum Song riddim. Cet album connaissant un petit succès, Jan Gleichmar décide d’aller plus loin et fonde, en novembre 2004, son propre label qu’il décide d’appeler Jahtari. Ce nom est tout simplement la contraction de Jah et d’Atari, le label Jahtari possédant un son particulier, à mi-chemin entre les sonorités 8-bit et le reggae/dub digital.

One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt
One track a day: HOLY MOUNT ZION by Disrupt
Commenter cet article