Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Enthousiaste & Curieux

Bookcrossing: Opération Napoléon du Arnaldur Indridason

Publié le 3 Mai 2016 par bigwhy in livre, polar, islande

Bookcrossing: Opération Napoléon du Arnaldur Indridason

Arnaldur Indridason n’a pas que le commissaire Erlendur dans sa besace. Dans « Opération Napoléon", le héros est une femme qui cherche à découvrir la vérité sur le mystérieux crash d’un Junkers allemand, peu avant la fin de la seconde guerre mondiale. Un suspense géopolitique haletant qui préfigure la Guerre froide.

Ce n’est pas la Berezina, mais cela y ressemble. En 1945, alors que les Russes approchent de Berlin, un bombardier allemand s’écrase sur le Vatnajökull, immense glacier de 8.300 km2 (presque l’équivalent de la Corse). En quelques minutes, la neige commence à recouvrir l’appareil, la glace colle les portes et emprisonne les occupants : des hauts gradés nazis, mais aussi un pilote américain ! Mais que transporte ce Junkers Ju 88 ? De l’or ? Une bombe ? Et que cache l’Opération Napoléon ? Le glacier finit par emporter le lourd secret, mais le recrache cinquante ans plus tard. Sur les images satellite d’une organisation gouvernementale américaine, on discerne l’épave. La nouvelle, tant attendue, va déclencher une opération de renflouement d’envergure. Les troupes d’élites américaines de la Delta Force investissent le glacier, malgré le froid.

Une véritable course contre la montre, mais aussi contre la curiosité des Islandais qui doivent absolument ignorer ce qui se trame sur le Vatnajökull. Le lieu est isolé, hostile… La soldatesque menée par l’agent Ratoff, un sadique à la voix éraillé, peut besogner en paix… Jusqu’à ce qu’un jeune secouriste fasse irruption dans le coin et appelle sa sœur, Kristin, avocate à Reykjavik. Le secret risque d’être percé à jour. Les sbires de Ratoff sont appelés à faire le ménage. La pugnace Kristin parviendra-t-elle à échapper aux tueurs lancés à ses trousses et surtout à retrouver ce frère casse-cou qu’elle s’évertue à protéger depuis des années ?

Dans « Opération Napoléon », Arnaldur Indridason, ne met pas en scène le commissaire qui l’a rendu célèbre. Il faut dire que ce polar islandais est sorti en 1999, avant le succès de « La Cité des jarres » et surtout avant « La Voix » qui fit le succès de l’auteur en France. Erlandur n’est pas encore là, mais l’on retrouve déjà dans ce qui est en fait le troisième polar du maître islandais du roman noir : un style déjà bien en place, des personnages forts, une histoire poignante, du suspense, la noirceur de l’âme humaine, la trahison et par-dessus-tout la volonté de ne pas tomber dans le piège du happy-end sirupeux.

« Opération Napoléon » jette aussi un regard froid sur la realpolitik américaine, « il n’y a déjà pas beaucoup d’Islandais sur cette planète. Evitons d’en réduire le nombre inutilement », dit ainsi l’un des responsables de l’opération. C’est aussi une réflexion sur la présence des forces armées étrangères sur le sol islandais et sur la compromission, ou du moins l’ambiguïté, d’une partie de la classe politique face à une base militaire qui remplit bien les caisses d’un Etat dépourvu de forces armées. « En 1990, la base a rapporté 158,6 millions de dollars à l’Islande, soit 2,6 % de son PIB », rapportait ainsi Libération au moment de la fermeture de la base en 2006, 55 ans après son ouverture. Une base ? Un bout de pays presque, jamais vraiment accepté par Kristin, comme par une partie de la population. Un territoire de 100 km2 avec son aéroport militaire. Quand il était jeune, Arnaldur Indridason avait d’ailleurs travaillé quelques temps au sein de la base de Keflavik, au sud-est de l’Islande… Quelques années plus tard, il en reste encore quelques traces et l’auteur se plaît à se perdre dans ce gigantesque complexe avec collège, piscine, église et supermarché.

Dans ce livre, on aperçoit aussi ce qui sera sans doute l’ébauche d’Erlendur, commissaire un rien bourru, mais droit, imperméable aux bassesses du monde et plein d’empathie pour les survivants. En la personne d’un des flics, le plus vieux des deux, chargés de retrouver Kristin pour l’interroger sur une affaire la concernant –comme on dit ! Un flic qui n’hésite pas à secouer les puces des militaires en charge de la communication de l’ambassade des Etats-Unis en Islande, l’ambassadeur étant devenu subitement indisponible ! Un mélange subtil et glacial entre un thriller et un livre d’Histoire. Kristin n’a pas eu le doit ensuite à de nouvelles aventures, mais elle joue bien le rôle de grande sœur d’Erlendur Sveinsson qui, à son tour, viendra fouler la base de Keflavik dans « Camp Knox », polar sorti fin 2014 et qui doit être publié très bientôt en version française.

@pierrickfay

Bookcrossing: Opération Napoléon du Arnaldur Indridason
Commenter cet article