Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

One track a day: KALASHNIKOV by Goran Bregovic

Publié le 6 Avril 2016 par bigwhy in musique, video, world music, bande originale, serbie, croatie, internet, facebook

One track a day: KALASHNIKOV by Goran Bregovic

Voici un morceau culte qui vous réveillerait toutes les concessions perpétuelles des cimetières de Serbie et du reste du monde! un thème mi house-mi traditionnel, véritable charge militaire (d'où son nom) comme une crise de nerfs. Dans les Balkans, la guerre n'est jamais très loin, rires & larmes, joie & peine, mariages & enterrements....

Nombreux sont les musiciens qui se seraient contentés d’une parcelle de la carrière de Goran Bregovic. Compositeur classique, musicien traditionnel ou rock star, il n’a pas choisi, il a tout pris inventant une musique à la fois universelle et reconnaissable parmi toute.

Les aventures musicales de Goran Bregovic démarrent à la fin des années 50 dans un conservatoire de Sarajevo. Il y apprend à manier le violon, se familiarise avec les mystères du point, du contrepoint et de l’harmonie, mais s’y ennuie ferme. Même dans la Yougoslavie de Tito, le rock n’ roll embrase les années soixante. Les réponses aux révoltes adolescentes que le genre apporte, et la découverte des vertus d’attractions de la guitare électrique envers la gente féminine éclairent la route de Goran. Il poursuit des études de philosophie et de sociologie, mais monte un groupe de rock. Fils d’une serbe et d’un croate, Goran est le héros de tous, mais observant, lors de ses concerts, la montée de fièvre fanatique qui s’empare des uns et des autres.

A la fin des années 80 Emir Kusturica, un cinéaste serbe, fan de son travail, le convainc de participer à son prochain projet. L’écriture de la musique du film « Le temps des gitans » lui permet d’aiguiser son sens de la dramaturgie musicale et de travailler autour des musiques tziganes qui le passionnent. L’alliance des images de Kusturica et des notes de Bregovic subliment une histoire poignante qui marque les esprits.

En 1995, alors que la guerre fait rage en Yougoslavie, il collabore une dernière fois avec Kusturica pour « Underground », palme d’or au festival de Cannes en 1995.

Bregovic renoue alors avec les concerts. Il forme l’orchestre des Mariages et Enterrements qui réunit des musiciens gitans aux cuivres et aux percussions, des cordes symphoniques et des chœurs d’hommes et de femmes. Il dirige cette formation, dont l’ampleur varie selon les besoins, du centre de la scène, vêtu de blanc, assis entre son ampli et son ordinateur, guitare électrique à la main. Depuis 10 ans , l’Orchestre des Mariages et des Enterrements ( à géométrie variable de 12 à 42 musiciens) part pour une tournée sans fin qui totalise plus de 1200 performances tous continents confondus.

Peu de musiciens ont réussi à développer un art d’une telle amplitude, qui brasse avec cohérence une aussi grande variété de styles et de techniques sans perdre son identité. Un morceau de Goran Bregovic est toujours reconnaissable dès la première écoute et semble s’adresser à la terre entière sans distinction de race, de sexe, d’âge ou de croyance.

Benjamin Minimum (Mondomix)

One track a day: KALASHNIKOV by Goran Bregovic
One track a day: KALASHNIKOV by Goran Bregovic
One track a day: KALASHNIKOV by Goran Bregovic
One track a day: KALASHNIKOV by Goran Bregovic
Commenter cet article