Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

Zoom sur un artiste: Arnold Böcklin (1)

Publié le 11 Mars 2016 par bigwhy in art, romantisme, symbolisme, XIX siècle, suisse, gothic

Zoom sur un artiste: Arnold Böcklin (1)

Voici l'artiste parfait pour re-définir ce que sont vraiment le "romantisme" & le "Gothique". l'interprétation superficielle voudrait que le romantisme soit rose? mièvre & sentimental...rien est moins vrai! le romantisme est sombre & torturé, épris d'un idéal inaccessible & fasciné par le morbide & le sublime (une beauté effrayante qui nous dépasse). L'apparition du mouvement romantique au XIX siècle correspond aussi, à un retour bienveillant, sur l'apport artistique & spirituel du Moyen Age, qui jusque la, avait mauvaise presse (le temps de la barbarie), d'ou le qualificatif de "Gothique" qui indique également l'origine germanique, du mouvement.

Zoom sur un artiste: Arnold Böcklin (1)

Artiste majeur de la fin du XIXe siècle, le peintre suisse Arnold Böcklin (1827-1901) demeure mal connu en France où son art a souvent été assimilé à l'icône fascinante d'un seul de ses chefs-d'oeuvre, L'Ile des Morts.
Redécouvert dans les années 1910-1920 par les peintres surréalistes - Giorgio de Chirico et Marx Ernst en particulier, puissamment inspirés par sa vision fantastique et iconoclaste de la mythologie.

L’Île des Morts est une série de cinq tableaux peinte entre 1880 et 1886 par Arnold Böcklin.

Elle représente une île au coucher du soleil, vers laquelle se dirige une embarcation conduite par Charon, le guide des morts. À ses côtés dans le bateau, un défunt debout, dans son linceul regarde vers la crique dans laquelle va entrer la barque. Sur l’île, une cour dans l’ombre, des rochers escarpés et de hauts cyprès donnent à l’ambiance un parfum de solitude et d’oppression.

En avril 1880, Böcklin travaille sur la première version de L'Île des Morts, quand Marie Berna-Christ lui commande « un tableau propice à la rêverie ». Böcklin décide de faire une seconde version de dimensions légèrement réduites, toutes deux achevées en juin 1880. La forme blanche et le cercueil sont un ajout effectué à la demande de Marie Christ-Berna, commanditaire de la seconde version. Cependant cet ajout convainc Böcklin de sa nécessité, car il retouchera la première version pour l'inclure, et maintiendra ce motif dans toutes les versions suivantes. Cette demande de Marie Christ-Berna ne peut être comprise qu'en évoquant succinctement sa vie. Elle épouse en 1864 M. Berna qui meurt un an plus tard. En avril 1880, presque au moment où elle commande le tableau à Böcklin, elle se fiance avec le comte Waldemar von Oriola, qu'elle épouse en décembre. On comprend alors cette volonté de Marie Berna de se représenter accompagnant son ancien mari, le confiant à cette île. Elle peut ainsi mettre fin plus facilement à son deuil, et accepter ce nouveau départ par cette forme d'adieu tout en conservant le souvenir de son ancien compagnon. Elle marque la fin et le renouveau de sa vie, sentiment souvent rattaché à la mort.

Au-delà du deuil de Mme Berna, cet ajout équilibre visuellement la composition, et cette tache blanche crée un contraste lumineux avec l'intérieur de l'île recouverte de ces arbres sombres. Cette forme vaporeuse attire le regard, diminuant ainsi l'appréhension du gouffre ténébreux du centre de la peinture. Il est clair que dans les versions suivantes cette forme cesse de ne représenter que Mme Berna mais une sorte de compagnon de route, un adjuvant, voire un ange. La mort apparaît alors juste comme un passage calme, dont cette île est la destination.

À partir de la troisième version, le ciel nocturne laisse place à un jour blême, diminuant la porte énigmatique de la traversée. En parallèle, l'île devient plus précise dans ses contours, et la main de l'homme à travers les aménagements se fait plus visible. Dans la cinquième version, la « mystique » de l'œuvre semble avoir laissé place au concept plus « artificiel » de l'île tombeau, bien qu'y réside toujours l'ombre de la mort.

L'île, dans sa dernière version, est une suite de falaises abruptes, plus hautes et plus claires, formant un hémicycle fermé par une construction humaine absente des premières versions, délimitant ainsi un téménos : en grec, espace coupé du reste du monde et donc sacré. L'horizon plus clair permet de voir l'espace lointain et rien ne s'y trouve, intensifiant l'isolement de l'île. De plus, on n'y accède que par une barque, en traversant une mer d'huile. Le passeur, qui rappelle par sa fonction l'antique Charon, le nocher, dans la dernière version est un homme noir, possiblement pour signifier la distance. En effet, nous pouvons voir ici l'image d'une île ne se trouvant pas en Europe, voire éloignée de toute réalité ; elle ne représente qu'un ailleurs, inconnu et inaccessible aux gens du commun.

En ajoutant ses initiales A. B. sur la tombe à l'extrême droite de l'île, à partir de la troisième version, Böcklin nous livre ici sa vision de l'artiste et se compte parmi les élus. L'artiste devient cet être isolé, ce héros qui doit sans cesse faire le voyage vers l'île, symbole de l'inaccessible et de l'indéfini. La mort et la solitude deviennent alors synonymes, pour celui qui à travers ce périple tire du néant la matière de la création.

(Giger)
(Giger)

(Giger)

(Manara)

(Manara)

Il existe de nombreuses interprétations modernes de la toile, peintes ou dessinées par Giger, Giorgio De Chirico, Salvador Dalí, des illustrateurs venant du monde de la BD l'ont également représentée : Philippe Druillet ou Milo Manara.

Zoom sur un artiste: Arnold Böcklin (1)
Commenter cet article