Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

Film à voir: LEON de Luc Besson (1994)

Publié le 22 Mars 2016 par bigwhy in film, action, 90's, Bande annonce

Film à voir: LEON de Luc Besson (1994)

Voila un film que l'on ne peut pas qualifié de culte et pourtant quel plaisir de le revoir.

Léon, également intitulé Le Professionnel est un film français réalisé par Luc Besson, sorti en 1994, avec Jean Reno et Gary Oldman. Jean Reno y interpréte un personnage nommé Léon, similaire à celui de Victor dans Nikita (1990), le précédent film de Luc Besson. Luc Besson considère que Léon est un « cousin américain de Victor », en « plus humain ». Ce film marque également la première apparition à l'écran de Natalie Portman, alors âgée de douze ans.

Léon retrace la vie d'un tueur à gages du même nom vivant en solitaire à New York. Ce dernier héberge une voisine de palier, fillette de douze ans dont la famille a été assassinée car le père avait volé de la cocaïne. Pour venger son petit frère, Mathilda demande à Léon de lui apprendre son « métier ». Le film reçoit un très bon accueil du public, aussi bien aux États-Unis qu'en France. Du côté des critiques professionnelles, l'accueil est plus mitigé mais toujours globalement positif. Léon est un succès populaire.

Film à voir: LEON de Luc Besson (1994)
Film à voir: LEON de Luc Besson (1994)
Film à voir: LEON de Luc Besson (1994)

Léon (Jean Reno) est un tueur à gages vivant seul au quartier de la Little Italy à New York. La plupart de ses contrats viennent d'un mafieux nommé Tony (Danny Aiello) qui opère depuis son restaurant le « Supreme Macaroni ». Léon passe son temps libre à faire des exercices physiques, prendre soin de sa plante d'intérieur qu'il décrit comme sa « meilleure amie » et regarder des comédies musicales de Gene Kelly.

Un jour, alors qu'il rentre à son appartement, il voit Mathilda Lando (Natalie Portman), une jeune fille de douze ans habitant avec sa famille au même étage que lui. Mathilda a une trace de coup à l'œil et fume une cigarette. Son père (Michael Badalucco) s'attire la colère d'agents corrompus de la DEA qui l'ont payé pour qu'il stocke de la cocaïne chez lui, après avoir découvert qu'il en a volé une partie pour lui-même. Alors que Mathilda est à l'extérieur en train de faire des achats, les agents montent dans l'immeuble, menés par leur chef Norman Stansfield (Gary Oldman) et assassinent tous les membres de la famille. Mathilda arrive alors que le massacre est en cours. Elle feint l'indifférence en passant devant l'appartement et poursuit jusqu'à la porte de Léon, où elle frappe à plusieurs reprises, attendant, en pleurs, qu'il lui accorde l'asile. Léon, qui surveillait l'opération en cours par son judas, finit par ouvrir la porte au moment où l'agent qui surveillait le couloir commence à avoir des soupçons au sujet de Mathilda.

Mathilda, qui découvre rapidement que Léon est un tueur à gages, le supplie de l'accepter avec lui et de lui apprendre ses compétences de « nettoyeur » : elle veut venger la mort de son petit frère de quatre ans, le seul membre de sa famille qu'elle aimait vraiment. Elle se propose en retour comme femme de ménage et professeur pour remédier à l'illettrisme de Léon. Celui-ci accepte après avoir hésité et ils commencent à travailler ensemble. Alors qu'ils deviennent de plus en plus proches, Mathilda affirme plusieurs fois à Léon qu'elle est amoureuse de lui, mais il refuse de répondre.

La petite fille gagne de l'expérience et augmente sa confiance en elle. Elle réussit un jour à localiser Stansfield et le suit à son bureau dans l'immeuble de la DEA pour essayer de le tuer ; mais elle se fait attraper par celui-ci. Léon, découvrant ses intentions après avoir lu un mot que Mathilda lui a laissé, se précipite au bâtiment et la sauve, tuant deux des hommes de Stansfield.

Plus tard, alors que Mathilda revient de l'épicerie, une unité d'intervention de la police envoyée par Stansfield la prend en otage pour essayer de pénétrer dans l'appartement de Léon. Ce dernier, ne reconnaissant pas le code convenu avec Mathilda, tend une embuscade à l'équipe d'intervention et prend un de ses membres en otage pour l'échanger contre Mathilda. Alors qu'ils se replient dans l'appartement, Léon permet à Mathilda de s'échapper et la rassure, lui disant qu'il l'aime, quelques instants avant qu'ils viennent le chercher.Stansfield est furieux que ce qu'il appelle un « tueur italien » ait tué ses hommes. Il va affronter Tony, et le menace, le forçant à lui dire où se trouve Léon (apparemment, Tony a également subi des violences physiques, car durant la dernière scène où celui-ci est visible, son visage laisse percevoir des bleus et des éraflures).

Dans le chaos de l'intervention, Léon parvient à se faufiler hors de l'immeuble, déguisé en policier blessé, mais Stansfield le reconnait et le suit silencieusement pour lui tirer dans le dos. Il s'agenouille au-dessus de lui et le raille d'un ton méprisant. Juste avant de mourir, Léon place un objet dans les mains de Stansfield qu'il explique être « de la part de Mathilda ». Écartant ses mains, Stansfield reconnait la goupille d'une grenade et ouvre la veste de Léon pour découvrir plusieurs grenades attachées dessus. Stansfield laisse échapper un bref « Chiotte ! » juste avant qu'une énorme explosion les tue tous les deux.

Mathilda se rend au magasin de Tony comme Léon lui avait dit de faire s'il lui arrivait quelque chose. Tony lui donne une petite somme d'argent, lui expliquant qu'elle n'est pas assez âgée pour recevoir tout ce que Léon avait économisé et que l'école devrait être une priorité pour elle. Quand Mathilda lui demande de lui donner un travail, assurant qu'elle peut « nettoyer » comme Léon, Tony lui dit sévèrement qu'il n'a pas de travail pour une enfant de douze ans. N'ayant nulle part où aller, elle retourne à son école, expliquant à la directrice tout ce qu'il s'est passé. Finalement, Mathilda se rend dans le parc, devant l'école, avec la plante de Léon. Elle y creuse un trou pour placer la plante, de la même manière qu'elle l'avait enseigné à Léon : « pour qu'elle ait de vraies racines ».

Commenter cet article