Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

(Fanzine Enthousiaste & Curieux)

Bookcrossing : "Le rapport de Brodeck" de Manu Larcenet

Publié le 12 Septembre 2015 par bigwhy in livre, BD, comix, graphisme

Bookcrossing : "Le rapport de Brodeck" de Manu Larcenet

Et soudain, voilà. VOILA. Là, quelque chose se passe. L’excitation dès la découverte de l’objet. Le coup de foudre graphique. La tonalité impeccable. La poésie noire partout. L’être humain et ses ténèbres… Larcenet est de retour. Il adapte aux éditions Dargaud le roman de Philippe Claudel : Le Rapport de Brodeck. Et bon sang ! c’est une excellente raison pour venir vous en parler ici.

Après la guerre, Brodeck est revenu des camps. Tel un fantôme, en marge des habitants de son village, il s’est doucement reconstruit autour de sa femme et de sa fille. Il habite à côté des autres, sans faire partie du groupe. Brodeck écrit des rapports sur la faune et la flore, c’est ainsi qu’il gagne sa vie. Sans faire de bruit, sans déranger. Une nuit qu’il part chercher du beurre à l’auberge, il trouve tous les hommes du village rassemblés là. La peur et la violence envahissent la pièce. Brodeck ressent chaque sentiment avec stupeur et hébétude. Ils sont tous là, ils ont ensemble commis un acte extrême.

Depuis quelques temps, un étranger avait débarqué sans crier gare. Armé de son air apaisé et de son érudition, son carnet de dessins à la main, cet intrus avait réveillé quelque chose de mauvais chez les habitants. Sa différence avait suscité la défiance. Son altérité avait provoqué le rejet immédiat et définitif. Il allait se passer quelque chose, c’était une affaire de temps. Obligé. Il le fallait pour que tout revienne à la normale. Ce soir-là dans cette auberge, Brodeck est un innocent entouré de coupables.

Dans cette ambiance de tension immense, où l’horreur devient tangible, on va ordonner à Brodeck d’écrire un rapport sur ce qui vient de se passer. Pour que les gens comprennent. Pour que tout soit bien entendu. Pour que les bourreaux soient blanchis et que les consciences ressortent immaculées. Sous la pression violente de l’assemblée, Brodeck ne peut qu’accepter.

Comment décrire ce que je viens de lire ? Les mots me manquent presque pour décrire la beauté du dessin de Larcenet, sa capacité à développer une ambiance précise, acérée, pesante tout en restant poétique et foutrement belle, pardonnez-moi l’expression. Il y a dans cet ouvrage un naturalisme classique qu’on ne croise que très peu en bande dessinée, pas à ce niveau-là en tout cas. La justesse, l’homogénéité de l’ouvrage, tout est tenu. Il y a des moments de grand silence où la pensée est suspendue, où on entend la nature tandis que l’âme humaine se tord dans sa complexité, se recroqueville sur elle-même comme un linge sale qu’on vrille pour l’entendre crisser. Le noir et blanc est une évidence puisque c’est une histoire de francs contrastes. La noirceur de l’Homme et sa (rare) lumière. Format à l’italienne, beau papier épais, jaquette… Tout est parfait. Sauf qu’on doit attendre la parution du deuxième et ultime album pour connaître le dénouement de l’histoire. Délicieuse et impossible attente, Monsieur Larcenet ! Et, encore une fois, merci.

Article de Marie Rameau (https://marierameau.wordpress.com/2015/04/09/bd-le-rapport-de-brodeck-de-manu-larcenet/)

Bookcrossing : "Le rapport de Brodeck" de Manu Larcenet
Commenter cet article