Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigwhy? Finest?

Enthousiaste & Curieux

Bookcrossing: "Banjo" De Claude McKay

Publié le 22 Septembre 2015 par bigwhy in livre, jazz, histoire, musique

Bookcrossing: "Banjo" De Claude McKay

Alors la! grosse grosse claque, une sorte de Rage de Vivre de Milton Mezzrow, mais à Marseille dans les années 20, jazz, putes & clochards célèstes réunis dans Ta ville! A lire absolument (Monsieur Patrick!)...............

Trois romans et quelques centaines de poèmes seulement auront suffi à Claude McKay, écrivain noir américain d'origine jamaïquaine, pour devenir l'une des figures de proue du mouvement Harlem Renaissance, qui dans l'entre-deux-guerres amorça l'émancipation culturelle et politique de la communauté afro-américaine et influença le courant de la négritude d'Aimé Césaire et de Léopold Sédar Senghor.

Dans ce bouillonnement créatif, le jazz, l'art, la photographie, la mode et, bien sûr, la littérature furent plus que des expressions privilégiées pour raconter les multiples vies de l'homme noir, de véritables armes au service de la reconquête d'une identité. Celle de Claude McKay est multiple, clochard céleste, journaliste militant, bourlingeur marxiste - il résida en URSS dans les années 30, où il rencontra Trotski lors de la 4e Internationale communiste -, chroniqueur de la rue. C'est de tout cela qu'est fait son verbe vagabond. Celui de Home To Harlem, et celui de Banjo, en 1929, où il dépeint le Marseille cosmopolite où il vécut.

Banjo - du surnom de son héros, un docker noir qui, dans les bas-fonds de la cité phocéenne, s'évertue à monter un groupe de jazz -, croque un Marseille qui n'existe plus, un quartier interlope, la Fosse, situé entre le Vieux-Port et la Joliette, que l'occupant nazi rasera en 1943 pour purifier le « cloaque » du « chancre de l'Europe ». Car ce quartier réservé, à l'image du French Quarter de La Nouvelle-Orléans, est depuis 1865 le lieu de tous les plaisirs, de tous les dangers et de l'amarrage, dans les années 20, de cette « infernale musique noire qui rythme tous les bruits » « Bars à passe en toile de fond, qui semblent proclamer au monde entier que la chose la plus merveilleuse était le bordel.

Claude McKay n'a pas son pareil pour dire la bouillonnante ville-monde, ce « petit Harlem », où vivent, aiment et meurent voyous provençaux, bandits corses et italiens, dockers africains, marins, filles de joie et artistes du monde entier. Son écriture visionnaire, chaloupée et enivrante, construite, avec ses solos, comme un air de jazz, assène, près de quatre-vingt-dix ans plus tard, des questionnements toujours actuels. Ceux de la citoyenneté et du vivre-ensemble. Sa lecture ne s'en révèle que plus indispensable.

Myriam Perfeti

(l'auteur)

(l'auteur)

(la fosse, quartier réservé des marins & des putains, dans le panier, detruit par les allemand en 1943)

(la fosse, quartier réservé des marins & des putains, dans le panier, detruit par les allemand en 1943)

Commenter cet article